BasketBasket : LFB

Julie Allemand (ASVEL), meneuse en devenir

À seulement vingt-deux ans, la jeune meneuse liégeoise de l’ASVEL commence à faire parler d’elle. Depuis deux saisons, Julie Allemand évolue en LFB et a déjà obtenu au cours de sa carrière huit titres, en club et avec sa sélection. Zoom sur un talent brut.

Julie Allemand commence le basket à quatre ans en Belgique son pays d’origine, un sport qu’elle ne quittera jamais. Joueuse polyvalente capable de jouer aussi bien meneuse qu’arrière, elle est formée au club d’Alleur. Elle rejoint ensuite le Wallonia Basket Sprimont, en première division nationale, avec lequel elle participe à l’Eurocoupe lors de la saison 2013-2014. Julie Allemand n’a alors que dix-sept ans. La meneuse rejoint la saison suivante les Castors de Braine. C’est avec ce club qu’elle remporte trois titres de championne, ainsi que deux coupes de Belgique. Julie Allemand est élue par la suite espoir de l’année par un sondage organisé via le site basketfeminin.com, effectué auprès des joueuses, coaches et dirigeants.

Draftée par Indiana en 2016

La jeune Belge fait son premier buzz et se fait remarquer suite à un panier du milieu de terrain en demi-finale face à Instanbul lors de l’Eurocoupe (2014-2015) où son équipe perd face à ESB Villeneuve-d’Ascq en finale. Un geste plein d’assurance pour une si jeune joueuse. Sélectionnée en Équipe nationale jeune, elle dispute le championnat du monde des moins de dix-neuf ans en Russie. La Belgique terminera à la sixième place, mais c’est bien Julie Allemand qui marquera la compétition avec des statistiques impressionnantes : 13 points, 6 rebonds, 4,7 passes décisives de moyenne. La même année, la meneuse est élue Espoir belge de l’année 2015. Toujours avec les Castors de Braine, elle dispute l’Euroligue en 2015-2016 et est élue « Joueuse de l’année » de la Division 1 de Belgique. À la fin de cette saison 2015-2016, Julie Allemand est draftée par Fever de l’Indiana au troisième tour de la draft WNBA 2016 (l’une des trois seules européennes draftées). Une draft qui marque la reconnaissance outre-Atlantique de son talent précoce. S’en suit alors une sélection en Équipe nationale U20 où elle est reconnue dans le All Stars Five, le cinq majeur idéal, du championnat d’Europe 2016 au Portugal. Puis à lieu sa première sélection avec l’équipe Nationale de Belgique où elle joue les matches de qualification pour le championnat d’Europe 2017. Mais blessée, elle ne pourra pas disputer la compétition.

Un nouveau titre cette saison ?

Julie Allemand fait preuve de grandes qualités, notamment d’agressivité sur le terrain, et d’un jeu physique rare pour une joueuse de vingt-deux ans. Elle a quitté son pays d’origine pour une première expérience en France, en 2017, où elle a fait ses premiers pas sur les parquets de LFB, à Lyon. Depuis, elle joue avec le maillot floqué du numéro 22. Deux saisons qu’elle est la doublure d’Ingrid Tanqueray, en tant que meneuse de l’équipe figurant actuellement à la première place du championnat. Julie Allemand estime qu’« être un patron sur le terrain, créer pour les autres, c’est son rôle de meneuse. » Et elle adore ça ! Cette saison, la multi-titrée en Belgique sera peut-être championne de France avec l’ASVEL Féminin. Une chose est sûre, l’espoir risque bien d’exploser à Lyon, comme une joueuse confirmée. Et dès cette saison.

Photo à la Une : (@FIBA)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité