RugbyRugby : Equipe de France

Le rugby à sept mériterait d’être « d’avantage exposé »

Plus intense, plus explosif, plus spectaculaire, le sevens est une discipline montante dans le rugby féminin. Elle n’en reste pas moins sous-médiatisée pour Fanny Horta et Anne-Cécile Ciofani, deux Bleues qui disputent les World Rugby Sevens Series avec les Bleues. 

Quatrième des derniers World Rugby Sevens Series, l’équipe de France reste dans la course à une qualification pour les prochains Jeux Olympiques. Il faudra se transcender lors de l’ultime tournoi, organisé à Biarritz les 15 et 16 juin prochain, pour obtenir son ticket pour Tokyo 2020. Une belle équipe de France, du suspense, de l’adversité et du spectacle, tout est réuni pour que le Sevens trouve sa place dans le monde médiatique, et pourtant, pour deux joueuses de l’équipe de France, cette discipline « n’est pas mise en lumière. » 

« On aimerait être davantage exposées, pas spécialement pour nous, mais pour les gens qui nous côtoient, qui aiment le VII explique Fanny Horta, 33 ans et sous contrat avec la fédération. On reçoit souvent des messages : Comment faire pour voir vos tournois, J’ai cherché trois heures sur des sites pour vous trouver… Ces gens-là ont pris du temps, souvent la nuit, et au final ils se retrouvent à suivre nos résultats au compte-gouttes sur Twitter. Je me dis que c’est dommage parce qu’on rate un peu la possibilité de faire découvrir ce sport à d’autres personnes. »

« Malgré le fait que c’est une discipline olympique, on n’est pas mises en lumière comme on le souhaiterait, en tout cas, comme les filles et les garçons du XV le sont, souligne Anne-Cécile Ciofani, 25 ans et joueuse de l’AC Bobigny. Notre seul objectif, c’est de montrer aux médias qu’on vaut la peine d’être regardées. Mais ça passe par des résultats. Après, ça se construit petit à petit. Les liens qu’on a avec les filles du XV nous permettent de temps en temps de nous montrer un petit peu. Elles nous font de la pub clairement ! On joue vachement de ça sur les réseaux sociaux. On essaie d’intéresser les gens à notre sport. C’est un peu un combat finalement. Mais on va y arriver ! (rires) »


Photo à la Une : (@FFR/Fanny Horta)

Léo Labica

Léo Labica, fondateur du site aux côtés de Romain Boisaubert et Marvin Mathieu. Passionné de sport depuis ma tendre enfance, je nourris une grande appétence pour le sport féminin depuis une dizaine d'année. Le foot, le basket, le cyclisme ou le tennis.. autant de discipline qui me font rêver. Passé par les rédactions de Vélo101 ou de Sport 365, j'ai pu vivre au plus près les évènements sportifs. C'est désormais sur le sport féminin que je concentre à maintenant vingt-quatre ans en créant "Le Sport au Féminin". Plus qu'une passion, un devoir !

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité