FootballFootball : Coupe du Monde 2019

Camille Abily : « La France a le potentiel pour aller très loin »

L’ancienne milieu de terrain des Bleues aux 183 sélections, Camille Abily, a accepté de livrer ses impressions sur l’équipe de France pour Le Sport au Féminin, à moins d’une semaine du début de la Coupe du monde.

Une passion pour le ballon rond décelée très tôt, dès l’âge de six ans. Des débuts remarqués, qui se sont rapidement transformés en essais concluants. Après plusieurs années en France, Camille Abily part jouer aux États-Unis. Elle intègre le club de Los Angeles, où elle côtoie l’une des plus grandes joueuses de l’histoire du ballon rond, la Brésilienne Marta. Après un retour à l’Olympique Lyonnais en 2010, elle raccroche les crampons l’an dernier. Aujourd’hui, elle foule encore les pelouses, mais dans le costume de commentatrice, sur M6 et W9. Cet été, elle officiera sur TF1 et suivra le parcours des Bleues, micro en main. Entretien avec Camille Abily.

Avez-vous constaté une différence entre le football féminin en France et aux États-Unis ?

Oui complètement. Les mentalités sont différentes. Là-bas, le soccer, c’est vraiment pour les filles. Maintenant, depuis quelques années en France, on essaie de combler le retard, et ça a déjà bien évolué. On constate que de plus en plus de personnes sont attirées par le football féminin. D’ailleurs, c’est l’un des objectifs de la Coupe du monde.

Justement, l’Équipe de France a-t-elle des chances de prétendre à un premier titre mondial ?

Oui ! Elles sont attendues. Elles ont le potentiel pour aller très loin. L’équipe de France fait partie des favorites donc c’est encore plus de pression. Mais c’est à la maison et avec les supporters, ça donne plus de force. Elles peuvent aller très loin et j’espère qu’elles gagneront !

L’ancienne lyonnaise commentera les matchs de l’équipe de France sur TF1 pendant la Coupe du monde.

Quelles sont les atouts de cette équipe de France ?

C’est une équipe qui allie l’expérience et la jeunesse. Il y a des joueuses expérimentées et il y a également la fougue et la fraîcheur de la jeunesse. Il y a aussi de la nouveauté, c’est un réel avantage. Lorsque l’équipe est en difficulté, les joueuses sont capables de revenir et d’attaquer rapidement. C’est une équipe forte et complète !

D’après vous, quelles sont les nations les plus redoutables ?

Les États-Unis. Elles sont championnes du monde en titre, c’est une des nations les plus performantes. Il y a aussi l’Allemagne et l’Angleterre, à surveiller de près. Mais la France est bien préparée. Les joueuses sont prêtes et seront performantes.

Vous comptez plus de 180 sélections à votre actif. Quels conseils donneriez-vous aux joueuses ?

Il faut profiter de chaque instant. C’est un événement qui se passe tous les quatre ans, et en plus, c’est à la maison cette année. Il y a des chances pour que ça n’arrive qu’une seule fois dans leur vie, il faut savourer. C’est une immense opportunité et il faut saisir chaque minute pour tout donner. Ça va surtout se jouer sur le mental. Malgré la fatigue, il va falloir se donner à fond, et faire le petit effort supplémentaire qui va tout changer.

Cette année, vous vivrez la compétition d’une manière différente. Vous ne serez pas sur le terrain…

Exactement. Je serai consultante aux côtés de Grégoire Margotton et Bixente Lizarazu, mais je serai en bord de terrain. J’espère pouvoir apporter une connaissance footballistique aux téléspectateurs. Je suis très heureuse et fière de pouvoir endosser ce rôle !

Après avoir été joueuse, commentatrice, le poste sélectionneuse de l’équipe de France pourrait-il vous intéresser ?

Je suis actuellement à Lyon, je suis présidente de l’OL Fondation. J’ai un agenda chargé. Ce n’est pas dans mes priorités, chaque chose en son temps. Mais pourquoi pas un jour (rires).


Photo à la Une : (@DR)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité