RugbyRugby : Equipe de France

World Rugby Sevens Series : 6ème à Biarritz, les Bleues ont déçu

A domicile, pour la dernière étape des WRSS, l’équipe de France de Rugby à sept n’a pas été en mesure de monter sur le podium. Après un départ réussi en poule, les Bleues ont sombré face aux sélections d’Amérique du nord. 

L’espoir d’obtenir un ticket qualificatif pour les Jeux Olympiques de Tokyo était mince, voire nul. Mais à Biarritz, les supporters de l’équipe de France attendait de voir leur sélection briller face aux plus grandes nations du rugby à sept. Il n’en a rien été. Malgré un très bon départ, face à la Chine et aux Fidji, où les filles de David Courteix n’ont pas encaissé le moindre point, les Bleues se sont inclinées pour leur troisième match de poule, face aux Etats-Unis (19-7). L’essentiel est assuré avec la qualification pour les quarts de finale. Mais les Bleues ont une nouvelle fois sombré face au Canada (12-5). « On échoue sur des erreurs techniques qui ne dépendent quasiment pas de nous a expliqué la capitaine Fanny Horta. Il nous manque de la maîtrise, le fait de garder la tête froide (…) On progresse, surtout dans la capacité à ne pas rester sur cette frustration. »

En effet, la frustration fût rapidement effacée lorsque les Enragées reprenaient goût à la victoire face à la Chine. Mais face à l’Australie pour leur dernier match, elles se sont de nouveau inclinées, pour finalement terminer à la sixième place du tournoi. Le bilan de ces World Rugby Sevens Series est décevant pour les Bleues. Trois demi-finales sur six tournois mais aucune médaille. Elles terminent la compétition à la cinquième place, la première non-qualificative pour les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020. 

A présent, il faudra se rendre à Kazan pour y disputer le tournoi de qualification olympique (TQO). Face à l’Angleterre, l’Espagne, la Russie et l’Irlande, la tâche s’annoncera délicate. Le sélectionneur de l’équipe de France, David Courteix, redoute ces quatre adversaires. « Les cinq équipes qui courent après la qualification sont très proches les unes des autres. Elles ont toutes des identités de jeu extrêmement marquées, donc il y aura des oppositions de style qui vaudront le coup d’oeil. Et puis, il y aura surtout l’intensité dramatique liée à l’enjeu. » Rendez-vous les 13 et 14 juillet prochains pour le TQO, avec l’ambition de décrocher le ticket pour Tokyo. Si les Bleues échouent au Tatarstan, elles auront une dernière possibilité de se qualifier au tournoi de repêchage, courant 2020. 


Photo à la Une : (@WorldRugbySevensSeries)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer