FootballFootball : Coupe du Monde 2019

CdM : Quel bilan tirer de la phase de poule des Bleues ?

Lundi dernier, l’équipe de France a terminé sa phase de poule avec une troisième victoire en trois matchs, terminant seule à la première place du groupe A avec 9 points. Alors que les phases finales débutent ce samedi et qu’une autre compétition débute, c’est le moment de faire le bilan sur le parcours des Bleues jusqu’ici.

Un parcours sans faute

C’est peut-être la donnée la plus importante à retenir de ces phases de poule, car pour la première fois de son histoire, la France a terminé ce mini-championnat avec trois victoires. Un premier succès convaincant face à la modeste Corée du Sud, puis deux victoires plus délicates, obtenues dans le dernier quart d’heure face à la Norvège puis contre le Nigéria. L’essentiel est là, à l’image du discours de Solène Durand en conférence de presse en début de semaine : « Si on gagne 1-0 chaque match, ça nous va, ça ne sert à rien de mettre 13 buts ! (Rires) Le Portugal avait gagné l’Euro 2016 presque sans gagner de match, si on devait faire la même chose et être championnes du Monde ça m’irait très bien ! »

>> À LIRE AUSSI : France-Nigéria : Les Bleues peuvent dire merci à la VAR

Face à la Norvège le 12 juin dernier, les Bleues ont globalement dominé les débats, mais n’ont concrétisé leur avantage qu’en fin de match, suite à un penalty transformé par Eugénie Le Sommer. Lundi face au Nigéria, les tricolores se sont imposées sur une décision arbitrale très litigieuse, qui a fait couler beaucoup d’encre. Si le bilan est comptable est irréprochable, la manière n’a pas toujours été présente, et les Françaises ont éprouvé quelques difficultés face à des adversaires de seconde zone.

Du retard sur d’autres nations

Après deux semaines de compétition, les Bleues semblent avoir encore un peu de retard sur certaines nations, et devront monter en puissance lors des phases finales. À la différence des Françaises, les Américaines ont crevé l’écran depuis le début du tournoi, affichant un bilan de trois victoires, mais surtout 18 buts inscrits et aucun encaissé.

L’Allemagne n’a pas été irrésistible, mais bénéficiait d’un groupe plus relevé, en compagnie de la Chine, de l’Espagne et de l’Afrique du Sud. La Mannschaft a tout de même terminé seule en tête avec trois victoires, faisant preuve d’un mental d’acier et d’un réalisme impressionnant, tout en étant privée de sa star Dszenifer Marozsan, toujours blessée.

>> À LIRE AUSSI : Gros coup dur pour Dszenifer Marozsan

D’autres nations telles que les Pays-Bas ou l’Italie ont montré un visage plus conquérant depuis le début du Mondial. Les Azzurre ont impressionné, terminant à la première place d’un groupe très relevé, alors que personne ne les attendait à ce niveau. Les Oranjes de Shanice Van de Sanden semblent également en pleine possession de leurs moyens, à l’image de leur victoire convaincante obtenue face aux Canadiennes, qui leur a offert la première place de leur groupe.

>> A LIRE AUSSI : Les Pays-Bas dominent le Canada et restent invaincus

Les cadres n’ont pas toutes répondu présent

Si Amandine Henry, Eugénie Le Sommer ou Amel Majri sont au diapason depuis le 7 juin, d’autres joueuses comme Wendie Renard ou Gaëtane Thiney, sont un peu plus dans le dur. Le constat n’est pas alarmant pour la défenseuse centrale, mais elle a fait preuve d’une certaine fébrilité qui est plutôt inhabituelle chez elle. Après avoir signé un doublé en ouverture, elle a inscrit malencontreusement un but casquette qui a fait le buzz face à la Norvège, avant de devoir s’y reprendre par deux fois pour transformer son penalty face au Nigéria, offrant tout de même la victoire aux tricolores. Rassurante en défense et à la relance, la Réunionnaise devra corriger ses petites erreurs lors des phases finales, où les matchs se jouent très souvent sur des détails.

>> À LIRE AUSSI : (Vidéo) Revivez la folle soirée à l’Allianz Riviera

Même son de cloche pour Gaetane Thiney qui, sans avoir été catastrophique, n’a pas évolué à son niveau habituel. Placée au coeur de l’attaque par Corinne Diacre, elle a eu du mal à organiser le jeu, faisant peu de différence et se créant très peu de situations. Toujours utile au collectif et généreuse dans les efforts, la Parisienne devra montrer un autre visage dès le prochain match et être plus incisive. Car si la France veut aller au bout de cette Coupe du Monde, toutes les joueuses devront être évoluer à leur meilleur niveau. Et surtout les cadres.


Photo à la Une : (@MGriedge)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer