FootballFootball : Coupe du Monde 2019

Les cinq satisfactions du Mondial

Deux jours après le sacre des États-Unis, l’heure est au bilan. Aujourd’hui, place aux grandes satisfactions du mondial. Audience impressionnante, Américaines déroutantes, stades pleins, jeu séduisant, gardiennes au top, retrouvez les cinq points forts du Mondial.

L’audience

Même TF1 n’avait pas prévu ce carton. Dès le match d’ouverture, les audiences ont été pulvérisées. Devant France-Corée du Sud, près de 9,82 millions de téléspectateurs étaient réunis devant leur poste de télévision pour assister au succès des Bleues (4-0). La suite ? 10,3 millions de téléspectateurs devant France-Norvège, 9,6 millions devant France-Norvège. En huitièmes de finale, face au Brésil, le record est tombé, avec 11,9 millions de téléspectateurs. Pour leur dernier match en Coupe du monde, face aux USA, un pic à 13,4 millions a été atteint, pour une moyenne de 11,8 millions de téléspectateurs. La finale ? 6 millions. Et dans les autres pays, les audiences ont été surprenantes, inattendus, géantes, là encore. Angleterre, Italie, Brésil, nombreux sont les pays du globe a avoir battu leur record d’audience à l’occasion d’une rencontre de football féminin.

Les États-Unis

Elles étaient favorites. Elles le savaient. Et elles l’ont assumé. Meilleure équipe de la planète, tenantes du titre, les États-Unis ont remporté leur deuxième sacre consécutif en épinglant leur quatrième étoile. Portées par la star Megan Rapinoe (6 buts), la buteuse Alex Morgan (6 buts) et la révélation Rose Lavelle, les Américaines n’ont pas écrasé la compétition, n’ont pas été flamboyantes, mais ont dominé leurs adversaires jusqu’au titre. Assez pour marquer cette Coupe du monde de leur empreinte.

L’affluence

Un élan populaire immense. Au-delà des audiences, cette Coupe du monde 2019 a attiré de nombreux fans dans les neuf enceintes françaises. En moyenne ? 21 000 spectateurs étaient amassés dans les gradins. Un taux de remplissage de 75%, des stades pleins avant le début de la compétition, l’affluence était au rendez-vous durant le Mondial. Et l’engouement populaire autour des Bleues aussi.

Le spectacle

Cette rencontre, cette demi-finale, entre les États-Unis et l’Angleterre (2-1), restera gravée dans les mémoires et les livres d’histoire de cette Coupe du monde 2019. Du jeu, des passes, des transitions rapides vers l’avant, des frappes, des occasions, des buts. Que demander de plus ? Si certaines rencontres ont été soporifiques, la plupart ont livré un suspens intense, avec à la clé, quelques buts lumineux.

Les gardiennes

Les détracteurs du football féminin insistent souvent sur ce point. Le niveau des gardiennes. Mais cette Coupe du monde a prouvé le contraire. Dans le sillage de la portière des Pays-Bas, Sari van Veenendaal, élue meilleure gardienne de la compétition, les anges-gardiennes des vingt-quatre sélections engagées dans la compétition ont parfois brillé, à coup d’arrêts sublimes. Si quelques erreurs ont noirci le tableau, dans l’ensemble, le niveau affiché par les portières dans cette Coupe du monde a été satisfaisant, éblouissant, parfois bluffant. Prometteur.


Photo à la Une : (@FIFA)

Romain Boisaubert

Romain est l'un des fondateurs du site, directeur de la rédaction et de la publication. Bercé par les exploits sportifs depuis son enfance, Romain s'est naturellement tourné vers le journalisme. Passé par l'Espagne et par les rédactions du Figaro et de Nice-Matin, ce Niçois de vingt-quatre ans a décidé de se lancer dans l'aventure du sport féminin, en imaginant officiellement "Le Sport au Féminin" le 25 février dernier.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité