Volley-BallVolley-Ball : Equipe de France

Amandine Giardino : «Dégoûtée, mais mérité»

Éliminée de l’Euro après sa défaite face à la Finlande, l’équipe de France ne verra pas les huitièmes de finale. Une désillusion pour Amandine Giardino et ses coéquipières.

Amandine Giardino : «Je suis dégoûtée, mais c’est mérité. Mérité parce qu’elles ont mieux joué, parce que dans tous les secteurs de jeu elles étaient au-dessus. Dégoûtée parce que tout le monde voulait faire plus. Mais franchement, il n’y a rien à dire. On a mal joué, il y a zéro excuse. On a commencé ce tournoi avec un super premier match, mais en fait cette victoire ne sert à rien. C’est bien pour se prouver des choses à nous-mêmes peut-être, qu’on est capable de créer un exploit contre une grosse équipe. Mais les équipes de notre niveau, on est clairement en-dessous.»

Emile Rousseaux : «On va avoir besoin de renouvellement, ça c’est sûr. On va aussi avoir besoin de beaucoup de travail, ça c’est sûr. On va essayer de faire monter des jeunes filles. Certaines sont arrivées plus ou moins au bout de leur parcours professionnel en équipe nationale. Elles ont fait ce qu’elles ont pu mais ce n’est pas assez. Il faut absolument développer des jeunes, les formater mentalement. Il faut beaucoup bosser, surtout mentalement. On souffre du fait que les filles vivent dans le microcosme franco-français et n’ont de repères que ce qu’elles voient. Et quand on vient ici, si on veut prendre la peine d’ouvrir ses yeux, on voit un autre niveau. Un autre niveau d’engagement, un autre niveau de tension.»

Léandra Olinga : «On voit nos progrès quand même. Ça fait longtemps que l’on n’a pas été sur ce terrain international. On n’a pu montrer contre la Bulgarie qu’on était capable de faire de belles choses. Maintenant, ce qui nous manque, c’est de la constance. La constance vient avec l’expérience. Je ne sais pas si c’est la peur, on est surtout rattrapé par l’émotion dans des matches à pression, contre des équipes de notre niveau, par l’envie de bien faire. On se libère moins, alors que les gros matches, on a juste à se lâcher, s’amuser et jouer.»

Romain Boisaubert

Romain est l'un des fondateurs du site, directeur de la rédaction et de la publication. Bercé par les exploits sportifs depuis son enfance, Romain s'est naturellement tourné vers le journalisme. Passé par l'Espagne et par les rédactions du Figaro et de Nice-Matin, ce Niçois de vingt-quatre ans a décidé de se lancer dans l'aventure du sport féminin, en imaginant officiellement "Le Sport au Féminin" le 25 février dernier.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité