FootballFootball : D1 Arkema

5 choses à savoir sur… Nadia Nadim (Paris Saint-Germain)

Invitée de l’émission Tribune Sports, présentée par Claire Arnoux sur beIN Sports, dimanche dernier, l’attaquante internationale danoise du Paris Saint-Germain, Nadia Nadim (31 ans), s’est confiée à coeur ouvert sur sa vie et son parcours de footballeuse, elle qui rêve un jour de devenir chirurgienne.

Celle qui fait désormais le bonheur du PSG depuis son arrivée dans la capitale en janvier dernier a connu une enfance douloureuse, qui l’a conduite très tôt à quitter l’Afghanistan, son pays d’origine, pour rejoindre le Danemark. Une histoire peu commune, qui fait aujourd’hui de Nadia Nadim un exemple de réussite.

Une enfance douloureuse

À douze ans, Nadia Nadim est contrainte de quitter l’Afghanistan, son pays d’origine, avec sa mère et ses soeurs, alors que son père vient de se faire assassiner par des talibans. « Ce ne sont pas des bons souvenirs, mais tout ça est encore en moi. Je n’ai pas oublié mon passé. Il a fait ce qui fait de moi la femme que je suis aujourd’hui. Quand nous avons fui l’Afghanistan, nous nous sommes rendues au Pakistan, avant de rejoindre l’Italie, grâce à des faux passeports. Ensuite, nous sommes arrivées au Danemark en camion. Ma famille y vit encore aujourd’hui. Et si cela fait maintenant six, sept ans que je vis aux États-Unis, au Royaume-Unis et maintenant en France, je reviens toujours les voir. Le Danemark, c’est chez moi. »

Des débuts atypiques dans le football

Installée dans un camp de réfugiés avec sa famille à son arrivée à Randers, au Danemark, l’attaquante du Paris Saint-Germain a touché ses premiers ballons au sein de ce camp, à quelques encablures d’un club de football. « C’est là-bas que je suis tombé amoureuse du football. Dans ce camp, j’y ai joué pour la première fois. Depuis, je n’ai jamais arrêté. Mon père adorait le sport. Mais c’est bien au Danemark que j’ai réellement appris à jouer au football. Un jour, j’ai eu le courage d’aller m’adresser au coach du club d’à côté. Il m’a dit que je pouvais venir m’entraîner. Quelques mois plus tard, un jour, il m’a appelé pour me donner rendez-vous. J’allais disputer mon premier match de championnat. J’ai couru chez moi pour dire à ma mère de m’acheter des chaussures neuves. Nous en avons trouvé, d’occasions, un peu trop petites. Je les mettais pour dormir, pour que mes pieds s’y habituent. Après mon premier match, tout s’est enchaîné. De nombreux clubs m’ont contacté. Et à mes dix-neuf ans, j’ai pu débuter avec l’équipe nationale du Danemark. »

Afghane internationale danoise

Née à Hérat, en Afghanistan, le 2 janvier 1988, Nadia Nadim a depuis porté à quatre-vingt-neuf reprises le maillot de l’équipe nationale du Danemark, pour trente buts inscrits. Une fierté pour l’ancienne attaquante de Manchester City. « C’est un honneur immense de revêtir ce maillot. Le Danemark m’a offert une deuxième chance. Je viens d’un pays où les femmes n’ont pas le droit de jouer au foot. Le Danemark m’a accueilli les bras ouverts, pour que je devienne quelqu’un. À chaque fois que je suis sur le terrain, je me sens honorée. »

Un carrière riche

À trente-et-un ans, l’internationale danoise a déjà connu six clubs. Après des débuts à l’IK Skovbakken, Nadia Nadim a rejoint une autre écurie danoise, le Fortuna Hjørring, avant de s’envoler pour les États-Unis deux ans plus tard. En NWSL, l’attaquante du PSG porte les couleurs du Sky Blue FC et du Portland Thorns FC, avant de rallier l’Angleterre et Manchester City. Après un court passage outre-Manche, Nadim signe au Paris Saint-Germain. Un club avec lequel elle rêve de « remporter de nombreux titres. »

Déjà amoureuse de la France

Arrivée au PSG en janvier 2019, Nadia Nadim est déjà comblée par sa nouvelle vie en France, elle qui manie déjà un peu la langue de Molière. « J’ai énormément travaillé pour en arriver où j’en suis aujourd’hui. Je voulais que mes rêves deviennent réalité. Et jouer au Paris Saint-Germain a toujours été un rêve. En France, je me sens bien. J’adore Paris. J’adore la culture, la mentalité, les Français. Ici, les gens sont formidables. »

Nadia Nadim sous les couleurs du Paris Saint-Germain.

Photo à la Une : (@DR)

Apportez votre pierre à l’édifice en nous soutenant sur Tipeee

Romain Boisaubert

Romain est l'un des fondateurs du site, directeur de la rédaction et de la publication. Bercé par les exploits sportifs depuis son enfance, Romain s'est naturellement tourné vers le journalisme. Passé par l'Espagne et par les rédactions du Figaro et de Nice-Matin, ce Niçois de vingt-quatre ans a décidé de se lancer dans l'aventure du sport féminin, en imaginant officiellement "Le Sport au Féminin" le 25 février dernier.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer