Sur la route de Tokyo

100 sportifs français soutenus par le groupe BPCE

Grâce au soutien du groupe bancaire BPCE, près de cent sportifs français susceptibles de ramener des médailles lors des prochains Jeux Olympiques de Tokyo 2020 et Paris 2024, ainsi que lors des prochains JO d’hiver de Pékin 2022, vont bénéficier d’une aide financière pour les aider à atteindre leur objectif.

Sponsor premium du Comité Paris 2024 avec EDF, le groupe bancaire BPCE a annoncé en début de semaine au siège de Natixis, en présence de la ministre des Sports Roxana Maracineanu, sa volonté de soutenir près de cent sportifs en vue des prochaines échéances olympiques.

« Être partenaire, c’est non seulement s’investir dans l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques mais aussi contribuer au développement de la pratique du sport par le grand public et accompagner les sportifs de haut niveau. On veut soutenir l’ensemble de l’économie du sport » a exprimé Jean-Yves Forel, directeur général du groupe BPCE en charge du projet des Jeux de Paris 2024. La performance est aussi liée au fait que l’athlète ait l’esprit tranquille. On veut lui apporter de la visibilité et de la sérénité par rapport à son avenir sportif et professionnel.»


18 000

Comme la somme, en euros, attribuée par an à chaque athlète via un système de mécénat.


Parmi les sportives présentes dans cette liste, on y retrouve la pentathlète Élodie Clouvel, la gymnaste Mélanie De Jesus Dos Santos, ou encore la para-athlète Marie Amélie Le Fur, également présidente du Comité national paralympique. Au total, sur les cent athlètes, dix-neuf sont issus de la voile, douze de l’athlétisme et cinq du cyclisme.

« Il faut aussi penser à l’après-carrière. Avec le groupe BPCE, qui a une longue histoire dans le soutien au sport, notre objectif commun est d’aider les athlètes à mener leur double projet »

Roxana Maracineanu, ministre des Sports

Photo à la Une : (@FFGym)

Romain Boisaubert

Romain est l'un des fondateurs du site, directeur de la rédaction et de la publication. Bercé par les exploits sportifs depuis son enfance, Romain s'est naturellement tourné vers le journalisme. Passé par l'Espagne et par les rédactions du Figaro et de Nice-Matin, ce Niçois de vingt-quatre ans a décidé de se lancer dans l'aventure du sport féminin, en imaginant officiellement "Le Sport au Féminin" le 25 février dernier.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer