FootballFootball : Equipe de France

D1 Arkema : Zoom sur Elisa De Almeida (MHSC), la pépite de l’Hérault

Débarquée au Montpellier HSC lors du dernier mercato estival en provenance du Paris FC, Elisa De Almeida s’est petit à petit imposée en tant que titulaire au sein de l’effectif héraultais. Pour Le Sport au Féminin, l’internationale tricolore s’est confiée. Son parcours, son arrivée à Montpellier, ses ambitions avec les Bleues et son regard sur la D1 Arkema, la jeune défenseure nous dit tout.

Une progression constante, linéaire. Depuis le début de sa carrière, Elisa De Almeida gravit les échelons les uns après les autres. Le fruit d’un travail quotidien et d’un état d’esprit de combattante. Des performances qui lui ont ouvert les portes de l’équipe de France A, après avoir connu les sélections espoirs tout au long de sa jeunesse. « Rejoindre les A, c’est vrai que c’est autre chose. C’est un rêve d’enfant qui se réalise. » confie-t-elle.

Mais la jeune défenseure, qui avait essayé le football « pour faire comme son grand frère » ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Avec l’ambition de s’installer durablement chez les Bleues, la Française sait que cela passe par des bonnes performances en club. A Montpellier, avec un entraîneur qui évoluait à son poste et aux côtés de joueuses d’expérience telles que Sakina Karchaoui, Marion Torrent et Valérie Gauvin, la native des Hauts-de-Seine a tous les ingrédients pour atteindre les sommets.

Elisa De Almeida cette saison sous la tunique montpelliéraine

Son parcours

Quand j’étais petite je faisais tout comme mon grand frère. Il faisait du foot donc je me suis dis pourquoi pas. C’est devenu une passion pour moi et je n’ai plus jamais quitté les terrains. Je n’ai jamais essayé d’autres sports, mon frère a arrêté maintenant mais moi j’ai continué ! (Rires). J’ai commencé à jouer à Epinay-sur-Orge dans le 91, j’ai ensuite rejoint Juvisy (Paris FC) et maintenant je suis à Montpellier. Je pense que j’ai passé un cap en rejoignant Montpellier. On a un peu plus de charges d’entraînements ici, je suis dans un bon cadre pour continuer à progresser. Je me sens bien, le coach (Frederic Mendy ndlr) a joué au même poste que moi, donc il peut me donner de bons conseils, insister sur des détails et c’est un vrai plus.

La présence d’autres internationales à Montpellier

C’est vrai que ça m’aide beaucoup au quotidien. Quand je suis arrivé en équipe de France A elles m’ont tout de suite mis à l’aise. Quand on a des joueuses de ce calibre là à côté de nous (Karchaoui, Torrent, Gauvin ndlr), on s’inspire et on apprend tous les jours.

Son poste de prédilection

Je peux jouer en tant que défenseure centrale ou latérale droite. J’ai une préférence pour l’axe car c’est mon poste à la base, mais ça ne me dérange pas de jouer sur le côté.

Les Bleues

C’est toujours une fierté de représenter son pays. J’étais sélectionnée dans les équipes de France jeunes, et c’est vrai que rejoindre l’équipe première c’est autre chose. C’est un rêve d’enfant. On sait qu’il faut travailler pour y être et pour y rester. Tout passe par les performances avec nos clubs. On ressent qu’il y a plus d’engouement derrière les Bleues depuis la Coupe du Monde. Que ce soit au début de saison à Nîmes ou plus récemment à Bordeaux, beaucoup de monde vient nous voir jouer, les stades sont pleins et ça c’est très positif. Le Mondial en France a changé quelques mentalités.

La D1 Arkema

Le niveau augmente d’année en année. Le haut et le bas de tableau se resserre, il y a de moins en moins d’écart entre les équipes. Il n’y a plus de matchs faciles, c’est forcément plus intéressant pour les joueuses et ceux qui suivent la D1F. Pour moi c’est un des meilleurs championnats du monde.


Photo à la Une : (@FFF)

Marvin Mathieu

Marvin est l'un des fondateurs du site, rédacteur en chef. Grand passionné de sport et de langue depuis son enfance, Marvin a réussi à concilier les deux durant son passage en Espagne, où il a découvert le métier de journaliste. Quadrilingue (Français, Anglais, Espagnol, Russe), ce Cagnois de vingt-trois ans a décidé de se lancer dans l'aventure du sport féminin, en créant officiellement "Le Sport au Féminin", le 25 février dernier.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer