Sur la route de Tokyo

Un membre du CIO l’affirme : « Je reste convaincu qu’il y aussi des athlètes propres en Russie »

Tony Estanguet, président du Comité d’Organisation des Jeux Olympiques (COJO) de Paris 2024 et membre du CIO, a pris la parole chez nos confrères de L’Equipe suite à la suspension de la Russie par l’AMA. Extraits.

« J’ai l’impression qu’on est toujours dans la continuité de ce qui a pu être fait pour Rio ou pour Pyeongchang. On a besoin de clarifier la situation et d’avoir des sanctions qui sont à la hauteur des dernières informations de falsifications des données alors qu’il y avait une deuxième chance donnée aux Russes depuis le scandale de Rio. Je trouve que le fait de durcir les sanctions pour le système russe va aussi dans le bon sens parce qu’aujourd’hui, je n’ai pas l’impression qu’il y a une collaboration ou une coopération entre les instances antidopage internationales et les instances russes. C’est normal que l’agence mondiale antidopage relaie un peu les sanctions pour ce système.

Je reste convaincu qu’il y a aussi des athlètes propres, y compris en Russie, et qu’il peut y avoir des logiques de préparation hors système organisé autour du dopage. Je suis favorable à laisser la possibilité à ces athlètes de prouver leur innocence et de pouvoir courir les Jeux car je trouve que c’est un droit qu’on ne peut pas se permettre de leur enlever. En tant que membre de la commission des athlètes du CIO, je pense que notre rôle est aussi de défendre ces athlètes-là qui sont propres et méritent autant que nous et que d’autres de pouvoir faire les Jeux. Je suis à l’aise avec ça. »


Photo à la Une : (@DR)

Timothée de Fraguier

Originaire de Bretagne, passionné de sport féminin depuis ses débuts, Timothée de Fraguier est depuis quelques semaines journaliste pour Le Sport au Féminin, en parallèle de ses études de journalisme à Nice.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer