HandballHandball : Equipe de France

Olivier Krumbholz va faire des choix forts pour les Jeux Olympiques

Quelques jours après la fin d’un Mondial décevant pour l’équipe de France (13ème), Olivier Krumbholz s’est confié à la Fédération Française de Handball. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le sélectionneur fera des choix forts pour les prochains Jeux Olympiques. Extraits.

«On reste toujours extrêmement déçu de ne pas avoir pris part au tour principal, nous avions certainement une carte à y jouer. Mais regretter ne sert à rien et depuis nous sommes concentrés à chercher les causes, les solutions et les remèdes à notre élimination. Il y a toujours forcément des enseignements à tirer d’une échéance internationale, qui plus est lorsqu’elle ne se passe pas forcément comme prévu. Certaines réponses peuvent être inquiétantes et d’autres prometteuses pour l’avenir. Il est certain en tout cas que si l’on arrive en ordre dispersé aux Jeux olympiques, avec des filles pas dans le coup, cela va être compliqué.

>> A LIRE AUSSI : La France remporte la Coupe du président

Personnellement j’ai toujours pensé que c’est dans l’échec que l’on trouvait les ressources pour avancer. J’ai bien l’intention de débriefer rapidement avec elles sur ce sujet. On sera compétitif dans six mois et je pense toujours que l’on peut faire de grands J.O. Même si certaines anciennes ne seront plus là. Je crois qu’il faut être humble et lucide, on ne peut pas lutter contre le temps. Nous avons tout fait, on a tenté et on y a cru tous ensemble, que notamment les anciennes seraient opérationnelles. On voudrait que les grandes joueuses puissent arrêter sur des Jeux olympiques, mais ce n’est pas toujours le cas malgré leur envie. L’énergie et le niveau baissent, et à ce moment-là il faut faire des choix.

>> A LIRE AUSSI : Olivier Krumbholz, un coach hors du commun

Je crois aussi que dans la motivation, nous étions un peu dans l’illusion que l’on avait la rage. Ce qui n’était pas le cas contrairement aux autres qui ne sont pas encore olympiques. On croyait que l’on allait pouvoir y figurer avec le plaisir et l’envie, mais il a manqué de l’agressivité et le côté enragé dont on a besoin pour aller plus loin à tous les niveaux. On ne peut pas dire non plus que l’on fait vraiment un beau championnat du Monde sur la qualité du jeu.»


Photo à la Une : (@France2017Mondial)

Timothée de Fraguier

Originaire de Bretagne, passionné de sport féminin depuis ses débuts, Timothée de Fraguier est depuis quelques semaines journaliste pour Le Sport au Féminin, en parallèle de ses études de journalisme à Nice.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer