FootballFootball : D1 Arkema

D1 Arkema : À la trêve, c’est l’heure du bilan

Alors que la douzième journée s’est achevée ce dimanche et que le championnat reprendra ses droits le 18 janvier prochain après une longue trêve hivernale, les douze formations de D1 Arkema peuvent sagement faire les comptes. L’Olympique Lyonnais en route pour le titre, le Paris Saint-Germain et les Girondines de Bordeaux à la lutte derrière, l’Olympique de Marseille et le FC Metz en grandes difficultés, voici le bilan de cette première partie de saison.

Le titre : L’Olympique Lyonnais sur la voie royale

Avec onze victoires en douze rencontres mais avec surtout cinq points d’avance sur son dauphin, le Paris Saint-Germain, le champion de France en titre a peut-être déjà fait le plus dur dans la course au titre. En profitant des faux pas de son grand rival et en faisant chuter le PSG dans le duel au sommet de cette D1 Arkema (1-0), l’OL a les cartes en mains pour s’offrir une quatorzième couronne nationale consécutive. Preuve que les Fenottes, toujours en course en Ligue des champions, ne sont pas encore rassasiées de titres.

Le podium : Le Paris Saint-Germain et les Girondins de Bordeaux en pôle

Un autre défi attend le PSG. Pas forcément celui espéré en début de saison. Alors que le titre s’est éloigné depuis la défaite face à l’OL le 16 novembre dernier, les Parisiennes regardent désormais aussi dans le rétroviseur, où les Girondines de Bordeaux, portées par un excellent recrutement à l’intersaison (Charlotte Bilbault, Ouleymata Sarr, Inès Jaurena, Khadija Shaw, Estelle Cascarino, Emelyne Laurent), avancent à grandes enjambées. Vice-champion de France lors des deux dernières saisons, dans la course au titre quasiment jusqu’au bout l’an dernier, le Paris Saint-Germain doit cette année faire face à un adversaire de taille, bien décidé à bousculer la suprématie du duo Lyon-Paris, en s’invitant sur la deuxième marche du podium, synonyme de qualification en l’UEFA Women’s Champions League l’année prochaine, en attendant la réforme de la C1 dans deux ans. Un cran derrière, Montpellier reste en embuscade.

Le top 5 : Le Montpellier Hérault Sport Club mène le train

Montpellier justement. Entre deux eaux, défaites dans le choc face à Bordeaux (1-0), tenues en échec face à l’ASJ Soyaux (1-1) et l’En Avant Guigamp (1-1), les coéquipières des internationales françaises Valérie Gauvin, Marion Torrent et Sakina Karchaoui ont laissé traîner de précieux points en route, qu’il ne sera pas simple d’aller rattraper. Une première partie de saison légèrement en dessous des attentes montpelliéraines, qui laisse le MHSC à trois longueurs du podium. Mais avec déjà huit points d’avance sur le cinquième, Guingamp, Montpellier s’est déjà quasiment assuré une place dans le top 5. Dans l’ombre du MHSC, si l’En Avant Guingamp réalise pour l’instant un début de saison prometteur, le Paris FC, lui, déçoit. Seulement sixièmes, les Parisiennes ambitionnent désormais une place dans les cinq pour sauver leur saison. Mais attention à l’EAG donc, mais aussi au FC Fleury et à l’ASJ Soyaux, toujours dans le coup pour arracher un top 5 en fin de saison.

Le maintien : L’Olympique de Marseille et le FC Metz à la traîne

Un petit tour et puis s’en va ? Avec seulement deux victoires, l’Olympique de Marseille connaît un retour dans l’élite pour le moins compliqué cette saison. Promu en D1 Arkema, les Olympiennes comptent déjà cinq points de retard sur le premier non-relégable : le Dijon FCO. Dijon, qui comme le Stade de Reims, également promu cette année, a déjà fait un léger break dans la course au maintien, alors que le FC Metz, qui ne compte qu’un point, pointe à la dernière place du classement et semble déjà condamné à descendre en deuxième division à l’issue de la saison.

Le classement de la D1 Arkema à la trêve.

Photo à la Une : (@Damien LG/OL)

Romain Boisaubert

Romain est le fondateur du média Le Sport au Féminin, directeur de la publication, de la rédaction et du développement. Bercé par les exploits sportifs depuis son enfance, Romain s'est naturellement tourné vers le journalisme. Passé par l'Espagne et par les rédactions du Figaro et de Nice-Matin, ce Niçois de vingt-quatre ans a décidé de se lancer dans l'aventure du sport féminin, en imaginant officiellement "Le Sport au Féminin" le 25 février dernier. Romain collabore également pour le Racing Club de Grasse, dont il est le responsable de la communication, et pour Monaco Tribune, où il est en charge des sports.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer