Football

Les 5 pépites à suivre en 2020

En 2019, année de Coupe du monde oblige, elles sont nombreuses à avoir brillé aux yeux du monde. Certaines se sont révélées quand d’autres ont confirmé tous les espoirs qui étaient placés en elles. Sélection des cinq joueuses de football qui ont brillé en 2019 et qu’il faudra absolument suivre en 2020.

Rose Lavelle (Spirit de Washington)

À 24 ans, Rose Lavelle a été la révélation de l’équipe américaine lors de la dernière Coupe du Monde. Décisive lors de tous ses matchs, elle est parvenue à inscrire 3 buts, dont un en finale. Et grâce à un match digne des plus grandes en demi-finale contre l’Angleterre, elle est d’ailleurs pour beaucoup dans la qualification de son équipe pour cette même finale. Hormis le titre de championne avec son équipe, elle est également repartie avec un trophée individuel à l’issue de la compétition : le ballon de bronze.

@FIFA

Si elle n’a rien remporté avec son club des Washington Spirit, elle est tout de même parvenue à se hisser dans le Top 10 du classement du dernier Ballon d’Or. Avec sa huitième place, elle s’offre le luxe de terminer devant des stars du football telles que Dzsenifer Marozsan, Ellen White ou encore sa coéquipière Tobin Heath. Vivement les Jeux Olympiques de Tokyo pour voir ce que Rose Lavelle nous réserve cette année en compétition officielle avec sa sélection !

Keira Walsh (Manchester City)

À 22 ans, Keira Walsh compte déjà cinq ans de carrière du côté de Manchester City. Pourtant, c’est véritablement en 2019 qu’elle a pris une nouvelle dimension, pour devenir l’un des piliers de l’équipe nationale anglaise. Honorant même sa première sélection en tant que capitaine lors du dernier match qualificatif pour le Mondial. Très complète au milieu de terrain et disposant d’une frappe lointaine très efficace, elle a même réussi à inscrire quelques buts cette année. Mais ce sont surtout ses qualités de passeuse qui sont à souligner. Dernier exemple en date, sa passe décisive toute en finesse et précision à Ellen White lors du match Angleterre-Allemagne à Wembley.

@DR

Courtisée par l’Olympique Lyonnais et l’Atletico Madrid cet été, Keira Walsh a choisi de rester dans son club dont elle est l’un des éléments phares et où elle a indiqué vouloir s’inscrire dans la durée. L’Anglaise est bien partie pour devenir l’une des joueuses stars de ces prochaines années, et pourquoi pas la prochaine capitaine des Lionesses…

Leah Williamson (Arsenal)

Autre anglaise qu’il faudra suivre ces prochaines années : Leah Williamson. La jeune défenseuse n’est plus à présenter en Angleterre, où elle a fait ses débuts avec Arsenal à l’âge de 17 ans. Un club qu’elle avait rejoint dès ses 9 ans. Nommée meilleure jeune joueuse de la FAWSL dès sa première saison, elle a depuis enchaîné les matchs et les titres.

@DR

Mais, en 2019, c’est en sélection qu’elle a changé de dimension. Un peu plus d’un an après y avoir fait ses débuts, elle est devenue une incontournable de l’équipe de Phil Neville. Cette année, elle a fait partie de l’équipe qui a remporté la SheBelieves Cup puis a figuré parmi les 23 appelées pour la Coupe du monde en France. Si elle n’a pas eu l’occasion d’enchaîner les matchs lors de cette dernière compétition, elle fait pourtant partie des joueuses sur lesquelles Phil Neville devrait s’appuyer ces prochaines années. À l’image de son but contre la République Tchèque en novembre, qui a donné la victoire à son équipe en toute fin de match, Leah Williamson semble prête à assumer ce nouveau statut de cadre, et pourquoi pas devenir la successeuse de Steph Hougthon.

Manuela Giugliano (AS Rome)

La génération 97 s’est vraiment mise en valeur cette année puisque cette fois c’est du côté de l’Italie qu’une joueuse de 22 a su briller. Manuela Giugliano, milieu de terrain très complète, a été pour beaucoup dans l’excellent parcours de l’Italie lors du Mondial. Quart de finalistes, les Italiennes avaient créé la surprise en se hissant à ce niveau de la compétition mais surtout en proposant un jeu des plus séduisants. Et Manuela Giugliano, en ne ratant aucune minute de jeu, est pour beaucoup dans ce beau parcours.

@FIFA

Ayant signé à l’AS Rome cet été, elle avait également réalisé de brillantes prestations avec le Milan AC la saison dernière. Ce qui lui a d’ailleurs valu de repartir avec le trophée de la meilleure joueuse d’Italie début décembre, lors des trophées du Calcio. Et alors que le championnat italien est en train de gagner en notoriété et visibilité, nul doute que le nom de Manuela Giugliano est un nom que l’on entendra beaucoup dans les prochaines années.

Ellie Carpenter (Portland Thorns FC)

Elle a beau n’avoir que 20 ans, Ellie Carpenter enchaîne depuis plusieurs années les records de précocité. Première joueuse de football née dans les années 2000 à être devenue internationale, elle a fait ses débuts avec la sélection australienne à seulement 15 ans. Elle est ensuite devenue la plus jeune joueuse à participer à des Jeux Olympiques en 2016 puis la plus jeune joueuse à jouer et marquer en NWSL avec son club de Portland, qu’elle a rejoint en 2018.

@FIFA

Latérale très moderne qui enchaîne les performances défensives et offensives de haut niveau, elle vient même d’être comparée à deux références à son poste par le Guardian :  Kelley O’Hara et Lucy Bronze. À la différence qu’à son âge, ces dernières n’étaient pas encore internationales. Ellie Carpenter a, elle, disputé sa première Coupe du monde cette année. C’est dire si son avenir dans le football semble radieux.


Photo à la Une : (@FIFA)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer