Sur la route de Tokyo

Clarisse Agbegnenou, Mélina Robert-Michon, Charlotte Bonnet, une sportive porte-drapeau aux JO de Tokyo ?

Alors que Renaud Lavillenie a récemment déclaré vouloir être porte-drapeau lors des Jeux Olympiques de Tokyo 2020, quatre ans après Teddy Riner, trois sportives semblent en mesure de briguer cette précieuse mission. Si Kevin Mayer, Florent Manaudou, Kylian Mbappé et Renaud Lavillenie font figure de favoris, Clarisse Agbegnenou, Mélina Robert-Michon et Charlotte Bonnet pourraient bien être choisies par leur pairs.

« Les Jeux ont changé ma vie d’athlète et de femme. Alors représenter la délégation française, symboliser le sport dans mon pays, montrer aux enfants qu’on peut rêver grâce au sport, prouver aux gens qu’à 40 ans on peut encore faire des choses, ce serait quelque chose d’extrêmement fort, confiait déjà il y a quelques semaines la lanceuse de disque Mélina Robert-Michon, qui fêtera ses quarante et un ans à l’été 2020, à propos du rôle de porte-drapeau, qu’elle se verrait bien endosser. Ce serait l’occasion de mettre en avant mes combats, d’expliquer ce que le sport m’a apporté. C’est au-delà de tout d’être porte-drapeau, c’est un engagement, c’est transmettre le flambeau aux jeunes qui arrivent. Moi, quand j’ai débuté, j’aurais aimé que des athlètes expérimentés partagent avec moi leur expérience. »

Clarisse Agbegnenou, entre palmarès XXL et notoriété planétaire

Ce jeudi, sur Twitter, la quadruple championne du monde et médaillée d’argent aux Jeux Olympiques de Rio 2016, Clarisse Agbegnenou, a elle aussi laissé entendre qu’elle se verrait bien assumer cette responsabilité, en réagissant à l’article de nos confrères de L’Équipe. Au même titre que Teddy Riner il y a quatre ans, la judokate française, véritable star internationale, possède le palmarès et la légitimité pour assumer ce rôle, surtout au Japon, terre sainte du judo, où la notoriété de Clarisse Agbegnenou a depuis longtemps traversé les frontières du pays du Soleil-Levant.

Charlotte Bonnet, fer de lance de la natation française

Chef de file de la délégation française aux côtés de Florent Manaudou, la Niçoise Charlotte Bonnet a tous les arguments pour agiter fièrement le drapeau tricolore dans le ciel de Tokyo le 24 juillet prochain. Grande chance de médailles au Japon, la reine des bassins, médaillée de bronze lors des JO de Rio 2016, relativement jeune (24 ans) pour cette distinction, pourrait profiter de son rayonnement international pour être désignée porte-drapeau de la délégation tricolore.


Photo à la Une : (@FFJudo)

Romain Boisaubert

Romain est le fondateur du média Le Sport au Féminin, directeur de la publication, de la rédaction et du développement. Bercé par les exploits sportifs depuis son enfance, Romain s'est naturellement tourné vers le journalisme. Passé par l'Espagne et par les rédactions du Figaro et de Nice-Matin, ce Niçois de vingt-quatre ans a décidé de se lancer dans l'aventure du sport féminin, en imaginant officiellement "Le Sport au Féminin" le 25 février dernier. Romain collabore également pour le Racing Club de Grasse, dont il est le responsable de la communication, et pour Monaco Tribune, où il est en charge des sports.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer