TennisTennis : WTA

Kim Clijsters : « Jada, ma fille aînée, m’a convaincu de m’y remettre sérieusement »

Kim Clijsters a annoncé en septembre dernier qu’elle ferait son retour sur le circuit cette saison après sept années d’absence. L’ancienne numéro 1 mondiale et vainqueur de quarante-et-un titres, dont quatre Grand Chelem, évoque ce retour sans se mettre de pression. Morceaux choisis.

Son retour à la compétition

« Ce sera bien différent. Déjà, je ne vais pas disputer beaucoup de tournois. Les enfants ne me suivront pas et je ferai mon programme en fonction de leurs besoins, de leurs examens scolaires. Je pense revenir pour, peut-être deux, trois ou quatre saisons, pas plus. On verra ma forme et le temps de récupération dont j’aurais besoin entre deux tournois. J’ai beaucoup d’expérience, mais là ce sera une totale découverte. Je ne gagnerai peut-être pas un match, mais je ferai de mon mieux. »

Le moment où elle a pensé à reprendre sa carrière

 « Je disputais le tournoi des Légendes de l’Open d’Australie et ça m’allait très bien. Je tapais parfois la balle avec des joueuses en activité qui me sollicitaient et c’était OK. En commentant l’Open d’Australie, je me suis retrouvée très proche de l’action et cela a ranimé la passion. J’ai commencé à en parler à mon mari. J’ai pensé à Roger (Federer), Serena et Venus (Williams) en me disant que je pourrais peut-être tenter le coup. »

Une décision prise en accord avec ses proches

« À mon retour d’Australie, j’ai beaucoup parlé avec mon entraîneur pour savoir si c’était possible à mon âge, si mon corps allait tenir le coup. J’en ai aussi beaucoup parlé avec mes deux plus grands enfants. Et Jada, mon aînée, m’a définitivement convaincue d’y aller, de tenter le coup et de m’y remettre sérieusement. »


Photo à la Une : (@WTA)

Timothée de Fraguier

Originaire de Bretagne, passionné de sport féminin depuis ses débuts, Timothée de Fraguier est depuis quelques semaines journaliste pour Le Sport au Féminin, en parallèle de ses études de journalisme à Nice.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer