FootballFootball : Coupe de France

OL/OM : Une seule lettre change et la rivalité s’enclenche

L’Olympique Lyonnais reçoit l’Olympique de Marseille ce dimanche à 16h30 en seizième de finale de la Coupe de France. Cet Olympico s’annonce aussi chaud bouillant que déséquilibré.

OL-OM. Lire le nom de ces deux clubs historiques du football français nous met déjà l’eau à la bouche. Sur la pelouse du Groupama OL Training Center ce dimanche, c’est plus qu’un match de football, et donc de Coupe de France, qui va se jouer. C’est aussi un petit peu l’honneur et la fierté de toute une ville, voire même de toute une région. Si l’OM du football féminin ne semble pas encore à la hauteur de son pendant chez les hommes, ce club est si mythique qu’on aurait tord de l’avouer vaincu avant même le début de la rencontre.

En championnat, l’OL est large leader devant un PSG plutôt décevant tandis que l’Olympique de Marseille s’enlise journée après journée dans les profondeurs de la D1 Arkema. Incapables de gagner depuis plus de deux mois, les Marseillaises vont devoir faire un vrai match de Coupe en défendant bec et ongles leur but et en essayant de marquer en contre. La tâche s’annonce ardue, mais pas impossible contre une équipe lyonnaise qui souhaite à tout prix remporter de nouveau cette compétition.

Ce match s’annonce donc très intéressant à suivre et même si l’OL avait passé un set à l’OM en août dernier (6-0), c’était le début de la saison et les Marseillaises n’étaient peut-être pas encore assez prêtes pour la D1 Arkema. Elles n’auront pas cette excuse-là, ce dimanche à partir de 16h30, surtout qu’elles savent que si elles perdent, leur aventure en Coupe de France sera terminée. Une façon peut-être de les motiver encore plus à vaincre leurs ennemies lyonnaises.


Photo à la Une : (@DR)

Timothée de Fraguier

Originaire de Bretagne, passionné de sport féminin depuis ses débuts, Timothée de Fraguier est depuis quelques semaines journaliste pour Le Sport au Féminin, en parallèle de ses études de journalisme à Nice.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer