FootballFootball : D1 Arkema

D1 Arkema : Hawa Cissoko (ASJ Soyaux) : « On est remonté comme jamais ! »

A l’aube d’une deuxième partie de saison décisive pour l’ASJ Soyaux en D1 Arkema, Hawa Cissoko s’est longuement confiée pour Le Sport au Féminin. Le déplacement à Dijon, le tirage au sort de la Coupe de France, les ambitions du club et l’équipe de France, la joueuse formée au Paris Saint-Germain n’élude aucun sujet et la langue de bois ne figure pas dans son dictionnaire. Extrait.

C’est l’une des meilleures joueuses de l’ASJ Soyaux depuis son arrivée en juillet 2018. Une joueuse clé de l’effectif sojaldicien, en constante progression depuis le début de sa carrière et qui ne manque pas d’ambitions pour la suite. Au sein du club charentais, réputé pour son ambiance familiale mais aussi pour son professionnalisme (sacré cinq fois vice-champion de D1F et de retour dans l’élite depuis 2013) la Parisienne se sent comme un poisson dans l’eau. «J’adore mon groupe, mes coéquipières et j’ai une très bonne relation avec le coach. Il y a quelque chose de particulier dans ce club».

Alors que la deuxième partie de saison débute ce samedi pour les Sojaldiciennes, avec un déplacement périlleux sur la pelouse de Dijon, qui lutte pour sa survie en D1 Arkema, Hawa Cissoko s’est longuement confiée pour Le Sport au Féminin. La latérale tricolore n’élude aucun sujet et la langue de bois ne figure pas dans son dictionnaire. Entretien.

© Hawa Cissoko dispute sa deuxième saison sous les couleurs de l’ASJ Soyaux (©MickaelGuay)

Le déplacement à Dijon

On prend ce match très au sérieux, comme tous les matchs mais encore plus maintenant car c’est la deuxième partie de saison. On sait que les résultats sont encore plus importants et décisifs que lors de la phase aller. On est concentré sur ce match à 100%, toute l’équipe a à coeur de faire un résultat. Le match aller nous a laissé un goût amer car on est un peu passé à côté. On avait fait match nul alors qu’on avait eu les opportunités pour s’imposer.

Il y a eu une petite panne d’efficacité offensive sur les derniers matchs, avez-vous beaucoup travaillé sur ce point avec le coach et le staff ?

Oui et on le ressent durant les entraînements. Je vois certains enchaînements de la part de mes coéquipières offensives qu’elles ne faisaient pas avant. J’ai l’impression qu’il y a eu des progrès à ce niveau. Je ne sais pas si c’est la reprise ou la nouvelle année mais ce que je vois me plaît beaucoup ! J’ai hâte de reprendre la compétition et d’enchaîner les matchs pour voir les résultats du travail effectué.

Les objectifs pour la deuxième partie de saison

Il faut prendre le plus de points possible et rattraper ceux que l’on a perdus lors de la phase aller. On n’a plus trop le droit à l’erreur et on est remonté comme jamais !

Les objectifs sur le plan personnel

Je m’étais fixée l’objectif de faire mieux que l’année dernière en terme de statistiques (six passes décisives et tous les matchs titulaires sauf une rencontre pour suspension). Sur certains points ça va être compliqué mais je vais tout faire pour atteindre ces objectifs que l’on s’est fixés avec mon frère et mon conseiller. En terme de régularité je veux encore progresser. L’an passé j’avais été élue plusieurs fois joueuse du match par le staff. D’ailleurs personne n’avait connaissance de cela et en fin de saison, le coach et son staff sont venus nous en parler. On avait été agréablement surprises.

Un mot sur le tirage au sort de Coupe de France face à Guingamp ?

C’était assez partagé. On est contente car on va évoluer à domicile et c’est très important. Les filles avaient des avis différents, certains étaient satisfaites du tirage, d’autres un peu moins car on va jouer une équipe de D1 et qu’il reste des équipes de D2 et DH encore en lice. Personnellement je suis une compétitrice et peu importe l’équipe, on allait tenter de s’imposer, tant que c’est a domicile ça me convient.

L’ambition d’aller au bout de cette compétition ?

Oui forcément car décrocher un titre en championnat avec l’Olympique Lyonnais et le Paris Saint-Germain c’est tout simplement impossible. La Coupe de France est différente. Il y a toujours «la magie de la Coupe» qui peut intervenir (rires). On est parfois capable de réaliser des performances en Coupe que l’on n’arrive pas à réaliser en championnat, donc tout est possible. Pour être honnête en interne on y croit, toutes les filles y croient et on rêve d’aller au bout. On prend plus de risques en Coupe car ce sont des matchs à élimination direct et il y a forcément moins de calcul.

Comment vous sentez-vous à l’ASJ Soyaux ?

Honnêtement je me sens super bien ici et j’adore mon groupe. On me pose souvent la question, «Pourquoi l’ASJ Soyaux après être passée dans des clubs comme le PSG ou l’Olympique de Marseille?». Il y a quelque chose de particulier dans ce club, je ne saurais pas expliquer ce que c’est mais je me sens comme chez moi. Je «kiff» mon club et mes coéquipières. J’apprécie beaucoup l’entraîneur Sebastien Joseph. Il sait être très professionnel aux entraînements et pendant les matchs et on peut aussi décompresser avec lui, discuter et rigoler comme si c’était notre ami. On accorde notre confiance plus facilement dans ce contexte. J’ai un très bonne relation avec le coach, je sais que si un jour il s’énerve contre moi ça n’aura rien de personnel. Je prends ce qu’il me dit, j’essaie d’appliquer les consignes qu’il me donne et de travailler sur les points où je dois encore progresser.

Vous êtes formée au Paris Saint-Germain, c’est votre club de coeur ?

Oui c’est ma ville et j’ai passé beaucoup de temps là-bas. Avant de rejoindre l’Olympique de Marseille je n’avais connu que Paris. Quand j’étais plus jeune j’évoluais avec les garçons. Un jour le président du club est venu me voir pour me dire que je devais aller faire des détections pour intégrer une équipe féminine. J’avais le choix entre l’Olympique Lyonnais et le Paris Saint-Germain. Je n’ai pas réfléchi une seule seconde et j’ai choisi le PSG !

Ambitionnez-vous de revenir en équipe de France ?

Oui c’est clair. Je souhaite y retourner et m’y installer. Rejoindre les A c’est une chose, y rester et s’y imposer en est une autre. Le jour où je me serai imposée chez les Bleues je pourrai vraiment m’identifier comme une joueuse internationale. C’est vrai que j’ai déjà été sélectionnée mais cela fait un moment maintenant et je souhaite y retourner pour avoir pleinement ce statut.

Pensez-vous que vous vous êtes rapprochée des Bleues récemment ?

Je ne suis pas dans la tête de la sélectionneure donc ce n’est pas trop à moi de juger, mais sur le plan personnel et au niveau de ma progression, je pense que oui. Quand j’ai rejoint les Bleues je n’avais ni l’expérience ni certaines qualités que j’ai aujourd’hui.

Un mot sur la sanction reçu par l’ASJ Soyaux et les trois points de pénalité

Je n’ai pas grand-chose à dire à ce sujet. J’ai lu quelque part qu’on était désormais relégable avec cette sanction mais pas du tout (quatre points d’avance sur l’OM premier non-relégable ndlr). De plus on a un match en retard à disputer !

>> A LIRE AUSSI : D1 Arkema : Une grosse sanction pour l’ASJ Soyaux


Photo à la Une : (@ASJ Soyaux/MickaelGuay)

Marvin Mathieu

Marvin est l'un des fondateurs du site, rédacteur en chef. Grand passionné de sport et de langue depuis son enfance, Marvin a réussi à concilier les deux durant son passage en Espagne, où il a découvert le métier de journaliste. Quadrilingue (Français, Anglais, Espagnol, Russe), ce Cagnois de vingt-trois ans a décidé de se lancer dans l'aventure du sport féminin, en créant officiellement "Le Sport au Féminin", le 25 février dernier.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer