Athlétisme

Liv Westphal bientôt aux Jeux Olympiques ? « Ce rêve n’est plus inatteignable »

A 26 ans, Liv Westphal continue d’épater. Fin décembre, la spécialiste des courses de demi-fond a battu le record de France du 10km sur route grâce à son temps de 31min15s. Cet exploit, ses prochaines échéances ou encore sa vie en Espagne, la Tricolore s’est livrée pour LSAF.

Vous vous entraînez à Valence. Comment se passe la vie espagnole pour vous ?

Ça se passe très bien. Je suis à Valence depuis un an et demi et j’ai déménagé là-bas de façon stable. J’ai redémarré ma vie de zéro et notamment ma vie de sportive. J’ai changé d’entraîneur, de groupe d’entrainement, de structure, et de mode de vie aussi. J’ai décidé de me dédier entièrement à la pratique sportive et je suis très contente de la façon dont ça se déroule. J’apprécie beaucoup la qualité de vie en Espagne et je reste à 1h30 en avion de Paris. C’est une ville qui respire le Running avec un des parcours les plus rapides au monde sur le marathon et le 10km. Tout le monde court sur route là-bas et il y a une effervescence sportive à Valence. J’adore ma nouvelle vie.

Le 29 décembre dernier à Houilles, vous battiez le record de France du 10km sur route. Quel a été votre ressenti après cette superbe performance ?

Je ne m’attendais vraiment pas à battre ce record. Ce n’était pas l’objectif. Je sortais d’une cinquième place aux championnats d’Europe de cross. Je revenais d’une otite et ça a été une course très très dure. J’ai vraiment tout donné. J’ai mis beaucoup de temps physiquement et émotionnellement à me remettre de ces Championnats d’Europe qui ont eu lieu trois semaines avant ma course d’Houilles. Mon coach m’a dit de ne pas me prendre la tête et d’aller sur cette course libérée. C’est ce que j’ai fait. Je n’ai pas fait une fixette sur le chrono. Il y a des jours où tout est réuni, et ça a été le cas là bas. La densité du plateau et les relances du parcours m’ont aussi aidé tout comme les conditions météorologiques. J’avais aussi de très bonnes jambes. Quand j’ai vu 31″15, c’était un grand moment d’émotion.

>> À LIRE AUSSI : Corrida de Houilles : Record de France du 10km pour Liv Westphal

Vous avez aussi remporté la Prom Classique de Nice début janvier

Je savais que ça allait être compliqué de récupérer une semaine après Houilles. On sait qu’on ne peut pas battre des records à chaque course. Il y avait aussi la fatigue émotionnelle, car j’ai eu beaucoup de sollicitations après ce record. Je suis parti à Nice en me concentrant sur la victoire et pas forcément sur le chrono. J’ai battu le record du chrono de l’épreuve (32″09) et j’ai gagné la course. C’est l’essentiel. J’ai vu aussi ce que c’était que courir deux 10km en une semaine.

Croyez-vous désormais à une participation aux prochains Jeux Olympiques ?

Évidemment. Houilles m’a vraiment montré que c’était faisable. Les minimas pour participer aux prochains Jeux Olympiques sont de 31″25 sur le 10 000m sur piste. Le temps sur le 10km route ne compte pas car c’est différent du 10 000m sur piste. Je dois réitérer cette performance et ce n’est pas gagné d’avance. Il faudra que toutes les conditions soient réunies à nouveau cet été sur un des 10 000m sur piste que je ferais. On verra bien, mais ce rêve n’est plus inatteignable.

Quel est votre programme dans les semaines qui viennent ?

Dimanche, je participe à un cross national au Mans. Le 7 février, j’ai un 5km route à Monaco et ensuite j’ai les Championnats de France cross-country à Montauban le 8 mars. Je partirais aussi en stage aux États-Unis pendant deux mois. Et là bas, je ferais un 10 000m sur piste à San Francisco le 8 mai. Je participerais également à la Coupe d’Europe du 10 000m à Londres le 6 juin. Ce sont des courses sur lesquelles je vais essayer de faire un temps inférieur au quota olympique afin de décrocher ma qualification pour Tokyo.

Quels sont vos prochains objectifs ?

Si je participais aux prochains Jeux Olympiques, ça serait la cerise sur le gâteau. Les Championnats d’Europe sur piste à Paris fin août font aussi partie de mes plus gros objectifs de l’année. Sur le plus long terme, je vise surtout les JO 2024 sur marathon. Ce n’est pas encore assuré mais j’espère pouvoir monter sur le marathon dans deux ans. Le marathon est la distance reine de l’athlétisme et je pense que je pourrais avoir du potentiel sur cette distance.


Photo à la Une : (@FFA)

Timothée de Fraguier

Passionné de sport féminin depuis ses débuts dans le journalisme, Timothée de Fraguier a décidé de rejoindre l'équipe du Sport Au Féminin en septembre 2019. Aujourd'hui rédacteur pour notre site internet, il apprécie la mise en avant des résultats sportifs féminins.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer