Athlétisme

Dopage : Alain Flaccus s’explique sur les raisons qui l’ont poussé à « doper Ophélie Claude-Boxberger »

Dans un entretien accordé à l’Est Républicain, Alain Flaccus, beau-père de l’athlète française, confirme la version qu’il a donné aux gendarmes : « (il) a dopé à l’EPO Ophélie Claude-Boxberger à son insu. »

« J’ai eu une pulsion ». Dans une unique interview accordée au quotidien de l’Est de la France, Alain Flaccus confirme la version qu’il a donné aux gendarmes. Pendant un stage à Font-Romeu, il a injecté une piqûre d’EPO à sa belle-fille. Celle-ci a ensuite été contrôlée positive le 18 septembre dernier.

Pendant l’entretien, l’homme de 72 ans décrit les faits : «Avec un appareil, je l’ai massée dans le bas du dos. Elle dormait à moitié parce qu’elle prend des somnifères, des anxiolytiques. J’ai continué avec la paume de la main, en appuyant. Comme j’avais préparé mes seringues, j’ai pris la première, pincé la peau avec la main gauche et injecté l’EPO en sous-cutanée avec la main droite. C’est allé très vite, je ne sais même pas si j’ai tout injecté. Elle a eu un sursaut, pensant que je l’avais griffée. J’ai jeté la seringue dans le caisson sous le canapé pour qu’elle ne la voie pas et j’ai continué à la masser comme si de rien n’était pendant deux ou trois minutes.»

Concernant les raisons qui l’ont poussé à agir, Alain Flaccus évoque la relation que l’athlète entretient avec Jean-Michel Serra, ancien médecin de l’équipe de France : « Cette relation avec (Jean-Michel) Serra m’énervait. À Font-Romeu, je lui disais qu’elle était là pour préparer les Mondiaux de Doha, pas pour papillonner. Je me doutais bien qu’elle serait contrôlée à nouveau en rentrant de Font-Romeu. Peut-être qu’on ferait le rapprochement avec Serra.»

Avec ce contrôle positif à l’EPO, Ophélie Claude-Boxberger risque jusqu’à quatre années de suspensions et une très lourde amende. Cette dernière a d’ailleurs tout de suite réagi aux propos d’Alain Flaccus chez nos confrères d’RMC Sport : « J’ai été surprise dans le sens où il n’avait parlé à aucun journaliste, il avait été contacté par plusieurs médias, mais n’avait pas donné suite. C’est vrai que depuis plusieurs semaines, rien n’évolue : je n’ai de nouvelles ni de la gendarmerie, ni du parquet, ni du juge d’instruction. Ce sont des journées compliquées, on attend des réponses et surtout la suite. Voir ça ce soir, à chaud, ça remet beaucoup de choses en question par rapport à la suite. » Cette affaire reste toujours aussi floue, mais on devrait en savoir plus d’ici la fin du mois de janvier, d’après les dires de la principale intéressée lors d’un récent témoignage exclusif.


Photo à la Une : (@DR)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer