Athlétisme

Dopage : La sprinteuse Michelle-Lee Ahye suspendue deux ans

Michelle-Lee Ahye a été suspendue deux ans pour manquements à sa localisation antidopage. La sprinteuse trinidadienne peut encore faire appel de cette décision.

Médaillée de bronze mondiale du relais 4×100 m (2015), finaliste olympique et mondiale du 100 m, sixième aux JO de Rio sur 100 et 200 m (2016), sixième aux Mondiaux de Londres sur 100 m (2017). Le palmarès de Michelle-Lee Ahye est long comme le bras. Et pourtant. Un événement récent vient de ternir sa réputation.

L’AIU, Unité d’intégrité de l’athlétisme, a annoncé que l’athlète est désormais suspendue jusqu’en avril 2021 pour manquements à sa localisation antidopage. La sportive n’a pas renseigné toutes les informations nécessaires pour la localiser et si besoin la contrôler. Elle sera donc absente des prochains Jeux Olympiques de Tokyo.

A noter que « les sportifs sont tenus de transmettre leurs informations de localisation chaque trimestre, au plus tard quinze jours avant le début du trimestre concerné », comme l’indique l’Agence Française de Lutte contre le Dopage. Pour une première infraction, la durée de suspension est de deux ans. Elle peut être réduite de moitié en fonction du degré de faute du sportif.

La sportive faisait déjà l’objet de mesures d’interdictions depuis le 30 août 2019, elle n’avait pas pu rejoindre les Mondiaux de Doha en septembre. La sprinteuse trinidadienne peut faire appel de la décision mais pas sûre que les instances soient clémentes avec elle.


Photo à la Une : (@DR)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer