HandballHandball : Ligue Butagaz Énergie

Léa Sardarevic (Toulon Saint-Cyr) : « On n’a pas le choix, il faut gagner ce soir »

Alors que Toulon Saint-Cyr reçoit ce mercredi à 20h l’OGC Nice, Léa Sardarevic a accepté d’évoquer cette rencontre importante pour son club. Jointe par téléphone, la gardienne toulonnaise nous en a aussi dit plus sur son choix de rejoindre le Paris 92 à l’issue de cette saison.

Toulon Saint-Cyr est avant-dernier de la LBE. Qu’est-ce qu’il vous manque pour être mieux classé ?

Il nous manque de la régularité et c’est ça qui a été compliqué en première partie de saison. On a bien commencé, mais ensuite on n’a pas gardé cette régularité. On perd 20-18 à l’aller contre Nice et c’est le genre de match que l’on aurait dû gagner. On a aussi un match en retard contre Chambray. Lors de nos deux matchs de reprise contre Dijon et Chambray, il ne nous manquait pas grand-chose, mais on n’a pas réussi à avoir le petit truc en plus pour avoir les points importants.

Vous affrontez Nice ce mercredi, quels ingrédients va-t-il falloir mettre pour l’emporter ?

On a beaucoup travaillé la défense. J’espère que la défense va rester comme lors du match aller et sur les derniers matchs. Il va falloir surtout marquer des buts. Depuis quelques matchs, c’est l’attaque qui peine et c’est ça qui pêche en ce moment. Le derby c’est toujours un match compliqué. On est tous les deux dans une spirale négative. Il va y avoir beaucoup d’engagement et d’énergie. Ce match est très important. On sait que l’on a du mal en attaque et on espère que ça ira mieux ce soir. On n’a pas le choix, il faut gagner ce soir.

D’un point de vue personnel, pourquoi avez-vous fait le choix de rejoindre le Paris 92 à l’issue de cette saison ?

C’est un projet qui était très intéressant. J’ai beaucoup discuté avec le coach parisien. C’est une équipe jeune qui va être très compétitive avec des Françaises. Le projet sportif qu’on m’a exposé m’intéressait beaucoup. J’ai besoin de passer un cap dans ma carrière, car ça faisait 10 ans que j’étais à Toulon. J’avais besoin de changement pour voir de quoi je suis capable ailleurs.

Photo à la Une : (@TSCV)

Timothée de Fraguier

Originaire de Bretagne, passionné de sport féminin depuis ses débuts, Timothée de Fraguier est depuis quelques semaines journaliste pour Le Sport au Féminin, en parallèle de ses études de journalisme à Nice.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer