BasketBasket : LFB

Stéphane Leite (Landerneau BB) : « Se donner la volonté de gagner tout le monde »

Après une série de trois victoires d’affilées, le Landerneau Bretagne Basket est une formation incontournable de Ligue Féminine de Basket. Cinquième à égalité avec Basket Landes, le club breton a l’occasion de devancer son concurrent direct lors de la prochaine journée. Stéphane Leite, entraîneur du LBB, est revenu pour Le Sport au Féminin sur la belle série de son club et sur les objectifs de fin de saison.

Vous restez sur une belle victoire maitrisée face à Tarbes où vous n’avez jamais été en danger.

Elles sont revenues à dix points, mais n’ont jamais eu la possibilité de nous inquiéter sur cette partie. On a réussi à maîtriser et garder un écart conséquent tout le long de la rencontre. Après, nous n’avons pas été assez régulier à mon goût. On a joué sur courant alternatif. 

Trois victoires consécutives, ça fait du bien quand on est entraineur ? 

Ça fait du bien, c’est sûr. La plupart des victoires qu’on a gagné était sur notre plan de route. Charleville-Mézières était malade jusqu’ici. C’est une équipe qui ne gagnait que peu de matchs, et qui perdait face à des formations de bas de tableau, notamment Nantes. Et du coup, on ne pouvait pas se permettre de ne pas jouer gagnant, même si c’est un gros budget, même si c’est une équipe qui finira dans le haut de tableau, j’en suis persuadé puisqu’elle vient de gagner Montpellier, Basket Landes, des équipes du top 4. Mais malgré tout, c’était une victoire qu’on voulait. Maintenant, on va dire qu’à domicile, on ne se donne pas trop le droit à l’erreur mis à part peut-être face aux grosses écuries comme Lyon et Bourges. Mais à la Cimenterie, il faut qu’on se donne l’envie et la volonté de gagner tout le monde.

Le succès face à Montpellier, c’est la plus belle victoire de la saison jusque là ?

Oui, parce qu’à l’époque, Montpellier était premier. On les renvoie à la deuxième place avec cette défaite. C’est un match qui est plutôt abouti où on a proposé un basket assez réfléchi, où on n’a pas lâché de la première à la dernière minute. C’est une rencontre qui a amené beaucoup de fierté chez les filles et pour le staff.

Bellenger-Lecocq/IS/FFBB

La suite, c’est un déplacement à Basket Landes après trois réceptions à la Cimenterie. Comment vous l’abordez, cette rencontre ?

A vrai dire, je suis assez excité. Je pense que c’est pareil pour les filles. Deux raisons : On peut tout lâcher sur ce match parce que derrière, il y a de nouveau une trêve. Et l’autre point, c’est que l’on peut, selon moi, jouer contre une équipe qui va moins bien depuis le début de l’année 2020. On a également une revanche à prendre après la petite défaite qu’on a subi lors du match l’aller. Maintenant, c’est une rencontre à l’extérieur. On sait que Basket Landes à domicile, c’est très compliqué. L’équipe n’a perdu que contre Bourges et contre Lyon à la maison. Mais on a envie de voir si on se déplace aussi bien qu’on reçoit.

Vous avez également la possibilité de passer devant Basket Landes au classement. C’est dans un coin de votre tête ?

Bien sûr. C’est la possibilité d’arriver à la trêve avec une quatrième place. En cas de défaite, rien ne sera très grave car nos poursuivants (ESBVA et RVBC) reçoivent Bourges et Lyon. Quoiqu’il arrive, ça ne sera pas la panique. Maintenant, il serait mieux pour nous de prendre de l’avance.

L’année dernière, vous aviez fini la saison régulière septième tout en étant promu. L’objectif, cette saison, c’est d’aller plus haut ?

En effet. Chaque année, l’objectif c’est de faire mieux que la saison passée. Et pour nous, ça passe par une place dans les six premiers après la 7ème place de l’année passée. On a toujours l’envie d’aller un peu plus loin.

Après une saison et demi dans l’élite, vous êtes un club incontournable. Comment expliquer cette ascension fulgurante du LBB ?

Je ne sais pas vraiment. Je pense que c’est un club qui travaille. Ca se résume surtout en ça. C’est une force qui est bénévole. Cette année, on ne s’est pas reposé sur nos lauriers. On a vraiment eu l’ambition de former une équipe plus compétitive et surtout être capable de repartir à zéro avec seulement deux joueuses qui sont restées. Bien souvent, quand on sort d’une bonne saison, le groupe ne bouge pas trop. Mais au sein du staff, on a bien senti qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas. Il fallait absolument partir sur un nouveau projet qui puisse nous permettre de voir plus loin.

Vous avez cinq joueuses qui tournent à 9 points ou plus. Finalement, c’est un effort collectif que vous produisez ?

On a une équipe qui est capable de compter sur de nombreuses joueuses. C’est pour moi la clé de la réussite. On est monté comme ça de LF2 et on a voulu reproduire ce schéma-là.


Photo à la Une : (@Loïc L’Huillier)

Léo Labica

Léo Labica, fondateur du site aux côtés de Romain Boisaubert et Marvin Mathieu. Passionné de sport depuis ma tendre enfance, je nourris une grande appétence pour le sport féminin depuis une dizaine d'année. Le foot, le basket, le cyclisme ou le tennis.. autant de discipline qui me font rêver. Passé par les rédactions de Vélo101 ou de Sport 365, j'ai pu vivre au plus près les évènements sportifs. C'est désormais sur le sport féminin que je me concentre à maintenant vingt-quatre ans en créant "Le Sport au Féminin". Plus qu'une passion, un devoir !

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer