FootballFootball : D1 Arkema

D1 Arkema : Sebastien Joseph (ASJ Soyaux) : « On a envie de faire une grande deuxième partie de saison »

L’entraîneur de l’ASJ Soyaux, Sebastien Joseph s’est confié pour Le Sport au Féminin afin d’évoquer la victoire à Dijon, le déplacement au Paris FC ce samedi ainsi que ses ambitions pour la deuxième partie de saison en D1 Arkema et en Coupe de France. Extraits.

L’ASJ Soyaux retrouve des couleurs. En difficultés en terme de résultat fin 2019, le club charentais a retrouvé le chemin de la victoire ces dernières semaines, avec un troisième succès consécutif acquis avec la manière lors de la précédente journée de D1 Arkema (4-1 à Dijon). A l’image de ses joueuses, Sebastien Joseph est très motivé pour cette deuxième partie de saison et espère terminer le plus haut possible. Pour Le Sport au Féminin, l’entraîneur des Sojaldiciennes s’est longuement confié. Extraits.

Quel est votre ressenti après cette belle victoire à Dijon (4-1) ?

On est très satisfait du contenu qu’on a pu produire, les phases de jeu ont été bonnes, on a mis beaucoup de mouvement et on a su être efficace devant le but. Sur la plupart des matchs depuis le début de la saison on a manqué de réalisme mais ça va mieux depuis quelques temps. On a mis trois buts face à l’OM, deux face au Havre puis quatre contre Dijon. Sarah Cambot est en très grande forme actuellement et reste sur trois doublés consécutifs, c’est une première dans l’histoire du club. C’est de bon augure pour la suite et ça amène beaucoup de confiance.

On sent beaucoup de motivation chez les joueuses, vous le ressentez aussi ?

Oui c’est vrai, on a envie de faire une deuxième partie de saison à la hauteur des qualités de l’équipe. On joue très bien et on veut que cela se traduise par des bons résultats en championnat et en Coupe de France. On s’est fixé l’objectif d’atteindre la barre des 28 points en D1. Il nous reste dix matchs pour aller chercher au minimum douze points, c’est tout à fait réalisable. Ca montrerait que l’équipe progresse et que l’écart avec le troisième et le quatrième se réduit d’année en année, c’est le plus important.

Quels ont été les mots pour remotiver les troupes à l’intersaison ?

Il y a eu un match clé avant la trêve, celui contre Marseille (victoire 3-1 ndlr). Il fallait à tout prix s’imposer. Le discours était lié à l’impératif de résultats et c’était une pression plutôt négative. On a su remporter ce match et on s’est débarrassé de cette pression négative. On voulait prendre du plaisir sur cette deuxième partie de saison et ça passait par un résultat face à l’OM. On a fait preuve de ressources mentales dans cette rencontre car on était mené à la mi-temps et on a su renverser le scénario. Ce sont des petits faits marquants qui peuvent changer le cours d’une saison. On veut regarder vers le haut et pas derrière nous.

Comment abordez-vous le déplacement au Paris FC, qui reste sur une belle prestation à Montpellier ?

Le Paris FC a eu deux gros matchs depuis la reprise. En Coupe de France face à Bordeaux les Parisiennes ont fait match nul (1-1 défaite aux tirs aux but ndlr), ce qui montre la qualité de l’équipe car on sait que Bordeaux est en très grande forme cette saison. Leur victoire à Montpellier traduit aussi la bonne forme du Paris FC. Ce sera un match très ouvert entre deux équipes qui ont envie de gagner et qui sont en forme, il faudra mettre les ingrédients nécessaires, être bon dans les phases de transitions, être agressif sur l’aspect défensif et réaliste en attaque.

Attendez-vous des arrivées ou des départs lors du mercato hivernal ?

Non. Tout d’abord car on a un encadrement de la masse salariale, c’était le cas l’année dernière même si on avait réussi à obtenir le prêt d’Anissa Lahmari en cours de saison. Cette année on a su étoffer l’effectif en début de saison, actuellement tout le monde est en pleine forme et ni nos résultats sportifs ni la qualité de l’effectif ne justifierait un recrutement à cette période là.


Photo à la Une : (@MajidBouzzit/CharenteLibre)

Marvin Mathieu

Marvin est l'un des fondateurs du site, rédacteur en chef. Grand passionné de sport et de langue depuis son enfance, Marvin a réussi à concilier les deux durant son passage en Espagne, où il a découvert le métier de journaliste. Quadrilingue (Français, Anglais, Espagnol, Russe), ce Cagnois de vingt-trois ans a décidé de se lancer dans l'aventure du sport féminin, en créant officiellement "Le Sport au Féminin", le 25 février dernier.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer