Gymnastique

L’interview de Katell Le Dily, vice-championne de France de gymnastique rythmique à 18 ans

Le week-end dernier à Reims, Katell Le Dily a terminé vice-championne de France de gymnastique rythme dans la catégorie fédéral 18 ans et +. La championne de France fait de nouveau parler d’elle avec des performances remarquées. La jeune bretonne a accepté de se confier pour Le Sport au Féminin afin de parler de sa réussite sportive. Extraits.

D’où vous est venu cette passion pour la gymnastique ?

C’est grâce à ma mère. Elle connaissait des collèges qui faisait ça et elle m’a inscrite à la GR (Gymnastique Rythmique). J’ai eu la chance de tout de suite adorer. J’avais quelques qualités en sport et ça ma permis de bien m’intégrer au CPB Rennes. La première année, j’ai pu découvrir les différents engins et au fur et à mesure du temps j’ai continué. Avec la compétition, la passion s’est intensifiée. Ça va faire maintenant dix ans que je pratique la gymnastique rythmique.

Qu’est ce que ça représente pour vous d’être vice-championne de France ?

Ça représente tout le travail qu’on fait en amont. Le travail de mon entraîneuse (Nathalie Cordeau) qui prépare les chorégraphies. Et qui nous coach aussi sur le mental. Cette année, je me suis un peu moins entraînée parce que j’avais moins de temps avec les cours. Le plaisir a alors vraiment pris le dessus sur le reste. En ayant moins de pression, j’ai eu le plaisir de faire de la GR et ça m’a poussé à être plus performante et réussir. C’est grâce à ça que j’ai réalisé un super week-end à Reims en devenant vice-championne de France. J’ai en plus réussi cette performance devant ma famille.

La concentration de Katell Le Dily lors de l’exécution de son enchaînement

Pourquoi réalisez vous toujours vos concours avec le ballon comme engin ?

Normalement, chaque année les organisateurs imposent un engin différent en fonction de la catégorie mais les choses ont changé. Ils nous ont laissé cette fois-ci le choix de l’engin car c’était une compétition individuelle. J’ai choisi de garder la chorégraphie que je connaissais le mieux avec un enchaînement avec le ballon. C’est l’engin qui me correspond le mieux car je trouve cela élégant. Ça m’a aussi permis de me différencier de toutes celles qui font des enchaînements au cerceau.

Comment arrivez-vous à allier sport et études?

C’est vrai que mes études me prennent du temps mais j’ai trouvé un nouveau club à Lannion afin de m’entraîner dans la semaine. J’arrivais à trouver des créneaux dans mon emploi du temps et sinon je revenais aussi à Rennes pour m’entraîner avec mon club de toujours. Le samedi, je m’imposais aussi plus de trois heures d’entrainement afin d’être prête pour la compétition. Je suis vraiment heureuse que le travail ait payé.

Quels sont vos prochains objectifs?

Cette année, le but est de continuer à se faire plaisir et d’être prête pour les épreuves en duo. Accompagnée de Noémie Guillet (4ème au CHF individuel), je vais préparer un enchaînement avec elle et on va tenter encore une fois d’accrocher les meilleures places. Je ne me prends pas la tête, j’ai juste envie de continuer à prendre du plaisir à exercer le sport que j’aime.


Photo à la Une : (@Roland Guillet)

Timothée de Fraguier

Passionné de sport féminin depuis ses débuts dans le journalisme, Timothée de Fraguier a décidé de rejoindre l'équipe du Sport Au Féminin en septembre 2019. Aujourd'hui rédacteur pour notre site internet, il apprécie la mise en avant des résultats sportifs féminins.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer