FootballFootball : D1 Arkema

D1 Arkema : Zoom sur … Laura Bourgouin (ASJ Soyaux)

Débarquée en provenance du Mans en 2013, Laura Bourgouin dispute actuellement sa huitième saison sous les couleurs de l’ASJ Soyaux. Pour Le Sport au féminin, la meneuse du jeu des Sojaldiciennes s’est longuement confiée. La défaite au Paris FC, la réception de Guingamp en Coupe de France, son regard sur sa carrière et son style de jeu, la numéro 17 du club charentais nous dit tout. Extraits.

Des débuts précoces dans le monde professionnel, une régularité au plus haut niveau et des qualités techniques au dessus de la moyenne, Laura Bourgouin est l’une des joueuses qui animent la D1 Arkema chaque saison. A seulement 14 ans, la Mancelle a fait ses débuts en D2F avec le club de sa ville. Ses prestations remarquées avec le Mans ont attiré l’attention des dirigeants de l’ASJ Soyaux qui l’ont recruté en 2013. Depuis, la meneuse de jeu s’est imposée comme une des pièces maîtresses de l’effectif sojaldicien. En pleine progression, « surtout depuis l’arrivée de Sebastien Joseph » à la tête du club, la Française se sent comme un poisson dans l’eau à Soyaux.

Alors que les Charentaises abordent cette deuxième partie de saison avec le plein d’ambitions et de motivation, à l’image du discours d’Hawa Cissoko ou de Sebastien Joseph dans nos colonnes, la numéro 17 des Sojaldiciennes s’est longuement confiée pour Le Sport au Féminin.

Quel est votre ressenti sur la défaite au Paris FC (1-0) ?

Ce n’est jamais plaisant de perdre un match. Un coup d’arrêt ? Non, car ça reste le Paris FC, même si cette année elles sont plus prenables que les années précédentes ça reste le PFC. Il fallait faire encore plus que lors de notre belle victoire contre Dijon lors de la précédente journée (victoire 4-1 ndlr). On est pas bien revenu après le retour des vestiaires et ce premier quart d’heure de deuxième mi-temps nous a fait mal. Sur l’ensemble du match cette défaite n’est pas totalement méritée surtout au vue de notre première période, on a touché le poteau en fin de match donc on n’est pas passé loin.

L’équipe tourne mieux qu’en début de saison ?

Oui, mais ça va très vite dans le football. Je pense surtout que l’équipe était en manque de réussite à un moment donné, mais il n’y avait pas d’inquiétudes à avoir là dessus, on a continué à beaucoup travaillé à l’entraînement et ça a fini par payer.

Le huitième de finale de Coupe de France face à Guingamp, un rendez-vous très important pour vous ?

Oui comme tous les matchs ! On a envie de gagner bien évidemment. Si on peut se qualifier pour le prochain tour on ne va pas s’en priver. Ca sera un bon match, Guingamp est sur une très bonne dynamique. On les recevra en championnat fin mars, l’équipe qui remportera ce match de Coupe aura un petit avantage psychologique pour la rencontre de D1 Arkema. Aller au bout en Coupe de France ? Oui c’est l’ambition de tous clubs en Coupe de France. Plus on va loin mieux c’est. On le souhaite tous les ans et c’est également le cas cette année.

>> A LIRE AUSSI : D1 Arkema : Sebastien Joseph (ASJ Soyaux) : « On a envie de faire une grande deuxième partie de saison »

Comment jugez-vous votre saison sur le plan personnel ?

Je suis au service de l’équipe mais j’aimerais faire mieux sur le plan personnel. J’aimerais être plus décisive en termes de buts et de passes décisives. La réussite collective passe par la forme individuelle de chaque joueuse. Il faudrait que je sois plus décisive pour aider encore plus l’équipe. Si je peux faire mieux que l’an passé en termes de statistiques (6 buts en championnat) tant mieux, mais ce n’est pas un objectif que je me suis fixé. Un match se gagne à onze, donc l’important c’est l’équipe.

Vous avez un profil assez atypique, comment décririez-vous votre style de jeu ?

Mon style de jeu est basé sur ma qualité technique et ma vision du jeu. J’ai un petit gabarit donc je suis peut-être un peu plus vive que les autres. J’aime faire jouer mes coéquipières.

L’an passé vous aviez déclaré dans une interview que vous aviez du mal à accepter de défendre. Est-ce de l’histoire ancienne ?

Oui j’ai eu du mal à accepter cela. Je suis quand même une attaquante donc j’aime attaquer. Je pense que ça n’enchante aucune attaquante de devoir défendre. Je m’y suis fait. Au fur et à mesure des années j’ai progressé là dessus. Je suis prête à défendre pendant 90 minutes pour mon équipe s’il le faut mais c’est sûr que je préfère attaquer.

Vous êtes à Soyaux depuis 2013, comment vous sentez-vous ici ?

(Sans réfléchir) Je me sens très bien ici. J’ai rencontré de belles personnes, j’essaie de tout faire pour faire gagner mon équipe. Je m’entends très bien avec les dirigeants, les bénévoles et mes coéquipières. J’ai de bons amis maintenant à Soyaux donc je m’y sens très bien. Je partage des valeurs communes avec le club, quand je suis arrivée ici cet esprit familial et professionnel m’a beaucoup plus. Je suis quelqu’un de compétitive, mais quand le match est terminé il est terminé ! Il y a parfois de la frustration et de l’énervement après des défaites mais il faut prendre du recul, essayer de comprendre pourquoi cela n’a pas fonctionné et passer à autre chose. Je m’entraîne pour progresser, tout le monde oeuvre pour emmener l’équipe au plus haut mais il y a d’autres aspects qui rentrent en compte.

Vous avez fait vos débuts très jeune (à 14 ans en D2F). Comment jugez-vous votre progression ?

J’ai la chance de pouvoir encore évoluer en D1F aujourd’hui et c’est très positif. Depuis que j’ai commencé en D2 je pense avoir progressé sur plusieurs points. Dans ma qualité technique, l’utilisation de mon pied gauche par exemple. J’ai encore plus progressé avec l’arrivée de Sebastien Joseph. Il a bien fait progressé l’équipe collectivement et toutes les joueuses ont évolué. On produit du beau jeu à Soyaux, je suis là depuis 2013 donc c’est quelque chose que j’ai pu constater. On a progressé techniquement et tactiquement. Aujourd’hui le club se professionnalise car on arrive à rester en D1 et on progresse au même titre que le football féminin. Le club a l’ambition de grandir et de mieux structurer le club, de le pérenniser dans l’élite.

>> A LIRE AUSSI : D1 Arkema : Hawa Cissoko (ASJ Soyaux) : « On est remonté comme jamais« 


Photo à la Une : (@MaelleFonteneau/ASJSoyaux)

Marvin Mathieu

Marvin est l'un des fondateurs du site, rédacteur en chef. Grand passionné de sport et de langue depuis son enfance, Marvin a réussi à concilier les deux durant son passage en Espagne, où il a découvert le métier de journaliste. Quadrilingue (Français, Anglais, Espagnol, Russe), ce Cagnois de vingt-trois ans a décidé de se lancer dans l'aventure du sport féminin, en créant officiellement "Le Sport au Féminin", le 25 février dernier.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer