Athlétisme

Dopage : Ophélie Claude-Boxberger entendue par l’AFLD

Auditionnée ce lundi par l’Agence française de lutte contre le dopage, l’athlète a confirmé avoir été dopée à son insu par Alain Flaccus, son beau-père. Les experts devront rendre leur verdict au plus vite. Elle pourrait être sanctionnée pendant quatre ans.

Le 18 septembre 2019, l’athlète a été contrôlée positive à l’EPO. Après plusieurs mois, son beau-père, Alain Flaccus, a avoué lui avoir injecté de l’EPO à son insu, alors qu’elle s’était assoupie après un massage. Suspendue depuis le 4 novembre, elle a été entendue lundi 27 janvier par l’AFLD, l’Agence française de lutte contre le dopage. Durant la procédure, elle était accompagnée de son avocat, Laurent Clauzon. Elle a assuré avoir été dopée contre son gré. Son compagnon et ancien médecin des équipes françaises d’athlétisme, le docteur Jean-Michel Serra, sa mère et son beau-père, ont également été écoutés.

>> À LIRE AUSSI : Entretien exclusif avec Ophélie Claude-Boxberger (1/2)

« J’ai donné tous les éléments qu’ils veulent savoir, je n’ai rien à cacher, explique la spécialiste du 3000 mètres steeple. C’est comme si j’étais sanctionnée, car les mois passent et je ne peux pas m’entraîner sereinement. Pour le moment, j’ai la double peine. Je suis jugée par le tribunal populaire et tous mes sponsors sont partis en attendant la décision. » Si les faits sont confirmés, le compagnon de sa mère risque jusqu’à cinq ans de prison.

>> À LIRE AUSSI : Entretien exclusif avec Ophélie Claude-Boxberger (2/2)

La sportive de 31 ans avait déjà déposé plainte contre Alain Flaccus pour agressions sexuelles, il y a quelques années. Les cinq experts devront rapidement donner une décision pour la suite de la procédure. S’ils jugent d’envoyer l’internationale Montbéliardaise devant la commission des sanctions de l’AFLD, elle risque un sursis de 4 ans.


Photo à la Une: (@DR)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer