Escrime

Ysaora Thibus (fleuret) : « On m’a souvent dit que je n’y arriverai pas »

Fraîchement qualifiée pour les Jeux Olympiques de Tokyo avec l’équipe de France, Ysaora Thibus a livré une interview pour le magasine FemininBio. Elle y évoque son statut d’athlète féminin et les moments qui ont marqué sa carrière.

Avec une double médaille d’argent aux Championnats du monde et d’Europe et huit titres de championnes de France, la Guadeloupéenne est une référence dans sa discipline. Mais l’escrime reste un jeu pour la Française, qui va s’en aller à Tokyo pour défendre son titre olympique. Dans cet entretien, elle évoque différents sujets, comme celui d’être une sportive féminine de haut niveau : « À travers mes résultats je souhaite inspirer les jeunes filles à tout donner pour réaliser leurs rêves. Dès que j’en ai l’occasion, je mets en valeur le sport féminin autour de moi, les autres athlètes féminines car je pense que l’on manque toutes de reconnaissance et de visibilité. Je dénonce les injustices qui existent encore entre le sport féminin et masculin. Dernièrement, je parlais d’une différence de traitement sur la mise en place des Coupes du monde masculines et féminines d’escrime qui se déroulent en France. »

La jeune femme de 28 ans reprend sur la force que lui donnent les obstacles : « On m’a souvent dit que je n’y arriverai pas. Quand j’ai décidé de partir aux États-Unis (Elle vit aux USA depuis 2017 ndlr), on m’a dit que j’étais trop sensible, qu’avec mes émotions je craquerai sous la pression. Qu’un homme pouvait le faire mais pas moi. Au final ça m’a encore plus motivée et j’ai fait les meilleurs résultats de ma carrière depuis. »

L’athlète française a ensuite parlé des souvenirs qui ont marqué sa carrière, comme la qualification récente face à l’Italie : « C’est un sentiment indescriptible de mettre la dernière touche pour son équipe, de se retourner et voir tout le monde courir vers soi. » Elle a aussi évoqué ceux qui l’ont rendu plus forte : « Ma défaite en quart de finale aux JO de Rio est l’échec sportif qui changera le plus ma vie et de façon positive. Quelques mois après je décidais de m’envoler vivre et m’entraîner aux USA, sortir du système, des sentier traditionnels pour sortir de ma zone de confort et écrire mon histoire. »


Photo à la Une : (@AFP)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer