Rugby

3 choses à savoir sur… Emily Scarratt (XV de la Rose)

Considérée depuis plusieurs saisons comme l’une des meilleures joueuses du monde, Emily Scarratt (50 sélections) a été élue Joueuse World Rugby de l’Année 2019, en novembre dernier, succédant à l’internationale française Jessy Trémoulière. À vingt-neuf ans, l’arrière du XV de la Rose semble à l’apogée de sa carrière. Les Bleues sont prévenues.

Dès début dans le rugby à l’âge de cinq ans

Le rugby a toujours été une passion chez Emily Scarratt. Tombée dedans alors qu’elle n’avait que cinq ans, l’actuelle arrière du XV de la Rose a débuté en club avec le Leicester Forest, en jouant avec les garçons jusqu’à l’âge de douze ans. Après un passage dans les équipes féminines, Scarratt prend la direction de Lichfield en 2007, à dix-sept ans, ce qui lui permet de poursuivre ses études à Leeds. Elle obtient alors un diplôme de sports et sciences de l’exercice. Aujourd’hui, elle vit et exerce le métier d’enseignante à Birmingham, à l’école King Edward, en parallèle de son contrat fédéral avec la Fédération anglaise.

Une carrière internationale riche

Des débuts tonitruants. Lors de ses premiers pas en équipe d’Angleterre, face aux États-Unis, en août 2008, Emily Scarratt inscrit un essai. Douze matchs plus tard, l’arrière en est déjà à douze réalisations avec le XV de la Rose. Retenue pour la Coupe du monde féminine en 2010, elle dispute quatre rencontres au poste de centre et marque un essai, malgré la défaite des siennes en finale face à la Nouvelle-Zélande (10-13).

En 2012, la native de Leicester remporte le Tournoi des Six Nations, avant de disputer une nouvelle Coupe du monde, en 2014, où elle y dispute trois rencontres de poule au poste de centre, avec un essai à la clé. Une Coupe du monde que l’Angleterre d’Emily Scarratt va remporter, après une campagne maîtrisée de bout en bout. Quatre ans plus tard, malgré une nouvelle finale en Coupe du monde, les Anglaises vont cette fois-ci s’incliner face à la Nouvelle-Zélande. Durant la compétition, Emily Scarratt inscrit 56 points et termine troisième meilleure réalisatrice du Mondial.

L’an dernier, grâce à la victoire des Anglaises dans le Tournoi des Six Nations, Emily Scarratt a ajouté une nouvelle ligne à son immense palmarès, elle qui s’est affirmée au fil des saisons comme l’une des cadres de cette équipe d’Angleterre et qui avait pendant plusieurs saisons fait un crochet par le rugby à sept.

Une collection de distinctions individuelles

Désignée meilleure joueuses anglaise de l’année en 2013, avec à l’époque 25 essais et 192 points en 43 sélections avec le XV de la Rose, Emily Scarratt est nominée par World Rugby, en 2016, pour le titre de meilleure joueuse de rugby à sept. Si Charlotte Caslick est finalement élue, l’arrière du XV de la Rose a pris sa revanche, en novembre dernier, en étant élue Joueuse World Rugby de l’Année 2019, un titre qu’avait décoché l’internationale française Jessy Trémoulière l’année d’avant.


Photo à la Une : (@DR)

Romain Boisaubert

Romain est l'un des fondateurs du site, directeur de la rédaction et de la publication. Bercé par les exploits sportifs depuis son enfance, Romain s'est naturellement tourné vers le journalisme. Passé par l'Espagne et par les rédactions du Figaro et de Nice-Matin, ce Niçois de vingt-quatre ans a décidé de se lancer dans l'aventure du sport féminin, en imaginant officiellement "Le Sport au Féminin" le 25 février dernier.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer