FootballFootball : D1 Arkema

D1 Arkema : Anaïs M’Bassidjé (ASJ Soyaux) : « On veut redorer notre blason face au Paris Saint-Germain »

A l’approche de la réception du Paris Saint-Germain ce dimanche en D1 Arkema, Anaïs M’Bassidjé a pris le soin de se confier pour Le Sport au Féminin. L’élimination en Coupe de France, la réception de l’ogre parisien, son poste de prédilection et son regard sur le championnat de France, la défenseure de l’ASJ Soyaux nous dit tout. Extraits.

Humilité, travail et ambition. Anaïs M’Bassidjé est à l’image de son club de l’ASJ Soyaux, qui lutte chaque année pour se faire une place dans le haut de tableau de la D1 Arkema. Débarquée en Charentes en 2018 en provenance de l’Olympique de Marseille, la solide défenseure a énormément progressé depuis son arrivée, à l’image de ses 34 titularisations en championnat ces deux dernières années. Pour Le Sport au Féminin, la numéro 3 du club sojaldicien s’est longuement confiée. L’élimination en Coupe de France face à l’EA Guingamp, la réception du Paris Saint-Germain, son regard sur sa carrière et sur l’évolution du championnat de France, Anaïs M’Bassidjé nous dit tout. Extraits.

Anaïs M’Bassidjé dispute sa deuxième saison sous les couleurs de l’ASJ Soyaux (©Mickael Guay / ASJ Soyaux)

L’élimination en Coupe de France

Il y a eu beaucoup de déception et de frustration. On s’attendait à mieux, vu la physionomie du match c’était compliqué pour nous, mais c’est le lot des matchs de Coupe il y a forcément un gagnant et un perdant. Il nous a manqué un peu de réalisme et d’envie. On a été dans la réaction et non dans l’action. On a commencé à jouer après avoir encaissé le but (70e ndlr), si on avait mis ce supplément d’âme dès le début du match, les choses auraient peut-être été différentes. De la pression ? Non je ne pense pas, toutes les filles étaient concernées mais on a un peu manqué de rigueur.

La réception du Paris Saint-Germain

Que ce soit le PSG ou l’OL on a toujours l’envie de bien faire. Un match ça se gagne. Si on peut aller titiller le PSG on le fera. Notre équipe tourne bien, les joueuses se connaissent et il y a une bonne cohésion dans le groupe. Le match aller avait été compliqué (défaite 7-1 ndlr), on veut redorer notre blason et montrer un tout autre visage. On a à coeur de faire mieux et de montrer ce qu’on vaut.

Votre saison sur le plan personnel

Très bonne question ! (Rires). Je me sens mieux, j’ai encore du travail à faire je ne suis pas encore au top. Je travaille sur mes points faibles et encore plus sur mes points forts pour aider l’équipe et continuer à progresser. Je suis dans une bonne dynamique, le coach me fait confiance donc je me donne au maximum. Je pense que j’ai beaucoup progressé depuis mon arrivée à Soyaux mais j’aimerais encore passer un cap. J’ai décidé de rejoindre le club (en 2018 ndlr) car le projet m’a plu, l’entraîneur m’a parlé et il y a eu un bon feeling. La descente en D2F avec l’OM a beaucoup joué dans ma décision car je voulais rester dans l’élite et continuer à progresser. Si j’étais restée à Marseille je pense que j’aurais en quelque sorte perdu une année. Je suis contente et fière d’être ici.

Votre poste de prédilection

Mon poste de prédilection est défenseure axiale gauche, j’aime jouer dans l’axe, je me sens mieux. J’adore les duels, casser les lignes, distiller des bons ballons pour mes coéquipières. En étant latérale, c’est un poste qui ne m’avantage pas forcément au vue de mes qualités.

Le niveau de la D1 Arkema

Le championnat a énormément progressé. Il y a trois quatre ans on voyait vraiment l’écart entre le haut et le bas du tableau. Aujourd’hui c’est beaucoup plus homogène. Des équipes comme Bordeaux qui était septième ou huitième il y a quelques années joue maintenant le Top 3, cela prouve que tout a changé. Le football féminin évolue et c’est très attrayant. Lyon se fait accrocher à Dijon ou à Bordeaux, cela veut dire que tout est possible. L’OL est toujours au dessus, mais ce n’est plus comme à une certaine époque où elles mettaient des valises à chaque journée, on en avait marre ! (Rires). Je suis contente qu’aujourd’hui il y ait plus d’homogénéité dans le championnat. Soyaux peut parfois être vu comme une « petite équipe » mais on est pas si loin du Top 5, c’est notre objectif pour cette fin de saison, on veut terminer le plus haut possible. Il y a également le projet de créer l’Europa Ligue qui va apporter encore plus de compétitivité. Les mentalités ont évolué et c’est une très bonne chose.


Photo à la Une : (@MaelleFonteneau/ASJSoyaux)

Marvin Mathieu

Marvin est l'un des fondateurs du site, rédacteur en chef. Grand passionné de sport et de langue depuis son enfance, Marvin a réussi à concilier les deux durant son passage en Espagne, où il a découvert le métier de journaliste. Quadrilingue (Français, Anglais, Espagnol, Russe), ce Cagnois de vingt-trois ans a décidé de se lancer dans l'aventure du sport féminin, en créant officiellement "Le Sport au Féminin", le 25 février dernier.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer