FootballFootball : D1 Arkema

D1 Arkema : 5 questions à … Phallon Tullis-Joyce (Stade de Reims)

Débarquée au Stade de Reims en janvier 2019 en provenance de l’Université de Miami (Etats-Unis), Phallon Tullis-Joyce découvre l’élite du football féminin français cette saison. A l’approche de la réception de Montpellier ce samedi en D1 Arkema, l’Américaine s’est longuement confiée pour Le Sport au Féminin. Extraits.

Une adaptation éclaire, un talent qui saute aux yeux et un français qu’elle maîtrise (presque) à la perfection. En à peine plus d’un an, Phallon Tullis-Joyce a déjà pris ses marques à Reims et rendu la confiance accordée par les dirigeants rémois, qui se sont attachés ses services en janvier 2019. A l’image de son club qui réussit jusqu’ici une superbe saison pour son grand retour dans l’élite, l’Américaine n’a pas froid aux yeux et ne manque pas d’ambitions pour la fin de l’exercice 2019/2020.

A l’approche de la réception de Montpellier ce samedi pour le compte de la quatorzième journée de D1 Arkema, la gardienne de but des Stadistes a pris le soin de se confier pour Le Sport au Féminin. La réception de Montpellier, la qualif’ en quarts de finale de la Coupe de France, son adaptation à la D1F et la particularité du poste de gardienne, celle qui a commencé le football en tant qu’attaquante n’élude aucun sujet. Entretien.

© Stade de Reims

La qualifications en quarts de finale de la Coupe de France

C’était important de se qualifier. L’an dernier je suis arrivée juste après l’élimination en Coupe de France (contre Soyaux ndlr). Cette compétition nous tient à coeur, on a gagné nos deux premiers matchs face à des équipes de Division 2 (victoire 4-1 face au Racing Saint-Denis ndlr) et de Régional 1 (victoire 8-0 face au CA Paris 14 ndlr) mais ce sont toujours des matchs difficiles. On est très excité à l’idée de disputer le match contre Guingamp en quarts de finale, ce sera une bonne opportunité pour nous de montrer notre qualité. On a toujours envie de s’imposer, on a perdu notre dernier match face à l’EAG et c’était très serré (1-0 ndlr).

La réception de Montpellier

On a bien préparé cette rencontre. On a beaucoup travaillé cette semaine à l’entraînement notamment sur les phases défensives pour être prêtes à affronter cette équipe. On est très motivé pour ce match et on pense que l’on peut faire quelque chose. Peu importe l’adversaire on reste ambitieuses, on évoluera en plus à domicile et on reste sur une victoire face à Metz sur notre terrain, c’est toujours mieux pour la confiance.

Votre adaptation à la D1 Arkema

C’est une super expérience. C’était un peu plus difficile en début de saison mais j’ai beaucoup appris ces derniers mois. Je me sens de mieux en mieux, je suis plus calme et plus tranquille. L’équipe vit bien et il y a beaucoup de motivation. Peu importe si l’on doit affronter Lyon, Paris, Metz ou Marseille, notre détermination est la même. On est satisfaites de cette saison, l’objectif reste le maintien mais on pense que l’on peut faire encore mieux lors de la fin de saison. La pression ? Il y en a forcément plus qu’à l’Université aux Etats-Unis, mais avec le temps je me sens de plus à l’aise et je la ressens de moins en moins.

Le poste de gardienne de but

J’ai commencé le football à l’âge de quatre ans en tant qu’attaquante. A douze ans, j’ai commencé à évoluer au poste de gardienne de but. J’ai commencé par marquer des buts puis je me suis mise à les arrêter ! (Rires). J’adore ce poste, c’est une position unique au football. Il faut être très concentrée et très réactive. C’est un poste particulier mais qui me plaît énormément.

L’équipe nationale des Etats-Unis

On y pense toujours mais mon objectif principal est d’être performante avec le Stade de Reims, je reste focalisée là dessus car c’est le plus important. Pour être sélectionnée en équipe nationale, il faut être performante en club. La sélection nationale reste dans un coin de ma tête mais je me concentre sur mon travail et mes performances au quotidien avec mon club.

© Stade de Reims

Photo à la Une : (@StadedeReims)

Marvin Mathieu

Marvin est l'un des fondateurs du site, rédacteur en chef. Grand passionné de sport et de langue depuis son enfance, Marvin a réussi à concilier les deux durant son passage en Espagne, où il a découvert le métier de journaliste. Quadrilingue (Français, Anglais, Espagnol, Russe), ce Cagnois de vingt-trois ans a décidé de se lancer dans l'aventure du sport féminin, en créant officiellement "Le Sport au Féminin", le 25 février dernier.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer