Judo

Paris Grand Slam 2020 : 3 questions à… Romane Dicko (ESBM Judo)

À l’occasion du Paris Grand Slam 2020, qui se déroule ce week-end sur les tatamis de l’Accor Hotel Arena, Romane Dicko (+78 kg) s’est confiée pour Le Sport au Féminin sur son retour à la compétition après une opération à l’épaule, tout en évoquant ses récentes performances et ses ambitions.

Comme une renaissance, un symbole, un signe du destin. Sur les terres qui l’ont érigé en promesse du judo français en 2018 grâce à son titre de champion d’Europe décroché à Tel-Aviv, Romane Dicko, vingt ans à peine, a retrouvé le goût de la victoire en Israël, en remportant le Grand Prix de Tel-Aviv fin janvier. Une médaille d’or que la judokate de l’ESBM Judo continue de savourer, à quelques mois de son rêve ultime : une qualification pour les prochains Jeux Olympiques de Tokyo 2020.

La médaille d’or à Tel-Aviv

« Après un an et demi d’arrêt, remonter sur un podium… Quel plaisir ! Cette médaille me permet de retrouver de la confiance. Je suis heureuse d’être à nouveau montée sur un podium et d’avoir inscrit de précieux points pour le ranking olympique. À 18 ans, après mon titre de championne d’Europe, j’ai dû prendre la décision de me faire opérer de l’épaule. J’ai dû m’arrêter pendant quelques mois. Mais je suis enfin de retour ! »

Le Paris Grand Slam 2020

« Il me faut gagner le plus de points possible si je veux croire en mon rêve olympique. Je suis focalisé sur un podium. La concurrence est féroce. La compétition s’annonce difficile. Mais j’y crois. Je n’ai de toute façon pas le choix (sourire). Si je ne marque pas un maximum de points, si je ne remporte pas plusieurs combats, je peux dire au revoir aux JO. Je pense que j’ai ma place dans les vingt premières mondiales (les vingt judokates qui ont marqué le plus de points lors de ses deux dernières années au ranking olympique ont l’opportunité de s’envoler pour les Jeux Olympiques de Tokyo, à condition ensuite d’être sélectionnées par leur fédération si deux judokates d’un même pays sont éligibles pour les JO, ndlr). Après mon titre de championne d’Europe, il y a deux ans, j’avais fait le plein de confiance. Je visais des podiums mondiaux. Mais cette blessure à l’épaule m’a un peu coupé dans mon élan… »

Les Jeux Olympiques de Tokyo

« Je rêve tellement des Jeux Olympiques… Après un an et demi d’absence, une qualification olympique viendrait récompenser tout le travail que j’ai effectué pour revenir. Mentalement, ça n’a pas toujours été facile. Mais je reviens, petit à petit. Je suis dans une position d’outsider, mais j’y crois. Je ne veux pas avoir de regrets. Paris 2024 ? J’y pense, aussi. Mais pourquoi se priver de Tokyo avant ? »


Photo à la Une : (@DR)

Romain Boisaubert

Romain est l'un des fondateurs du site, directeur de la rédaction et de la publication. Bercé par les exploits sportifs depuis son enfance, Romain s'est naturellement tourné vers le journalisme. Passé par l'Espagne et par les rédactions du Figaro et de Nice-Matin, ce Niçois de vingt-quatre ans a décidé de se lancer dans l'aventure du sport féminin, en imaginant officiellement "Le Sport au Féminin" le 25 février dernier.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer