FootballFootball : D1 Arkema

Les mots d’Olivier Echouafni (Paris Saint-Germain) avant le choc face à l’En Avant Guingamp

L’entraîneur du PSG, Olivier Echouafni, s’est livré à la presse au centre d’entraînement de Bougival (Yvelines). Il parle notamment de la revanche à prendre sur le match aller (1-1) mais aussi de la rencontre à venir face à Bordeaux, en demi-finale de la Coupe de France.

Après les confidences de Frédéric Biancalani, entraîneur de l’En Avant Guingamp, avant le duel entre son équipe et le Paris Saint-Germain, c’est au tour d’Olivier Echafnoui de revenir sur les précédentes rencontres entre les deux équipes. Le coach du club parisien évoque également les enjeux de la Coupe de France.

Oublier le match aller

« C’est un match particulier, un match qu’on a vraiment envie de jouer. Simplement pour se rattraper de ce qu’on a pu faire face à cette équipe-là. Et puis parce que c’est un nouveau défi face à une équipe qui est invaincue depuis quatre mois. Quel parcours elles font ! Elles sont cinquièmes de D1 et sont qualifiées en demi-finale de Coupe de France en même temps. Cela montre la qualité de cette équipe. Je pense qu’il faut prendre conscience qu’on a envie de faire un gros match là-bas. Ce sera certainement le match et l’équipe la plus difficile qu’on aura eu à jouer depuis le début de l’année. […] Le dernier match à domicile contre eux, quand on regarde les images et les stats de la rencontre, c’est illogique de faire match nul (1-1, ndlr) face à cette équipe. Elles ont réussi à obtenir un point, on va vouloir le récupérer là-bas. »

La composition du banc

« Il n’est pas totalement complet. On a le retour d’Ashley Lawrence. Après Jordyn Huitema a un petit souci à la cheville et ne sera pas là. Le reste du groupe est sur le pont. […] Ce n’est pas parce qu’on n’a pas mis cinq ou six buts à Arras que d’un seul coup, le banc n’est pas performant. Au contraire. Je pense que le banc sera déterminant à un moment donné. Il l’a été pendant un certain temps. Il l’est un petit peu moins mais c’est juste une prise de conscience. Que les filles se disent qu’il faut qu’elles soient décisives quand elles entreront. Je pense que le banc de touche est certes jeune mais intéressant, parce qu’il est plein de fougue, d’insouciance aussi et qu’on a besoin de ces qualités-là par moment. »

La demi-finale de la Coupe de France à Bordeaux

« C’est un magnifique mois de mars. Entre Lyon, Bordeaux, Arsenal… C’est pour cela qu’on aime aussi ce métier, pour avoir des confrontations de ce niveau-là. On va jouer pratiquement une bonne partie de notre saison sur ce mois de mars. Lyon, bien sûr si on fait ce qu’il faut à Guingamp, parce que d’abord il y a Guingamp, ce ne sera pas une partie de plaisir, c’est sûr. Après la Coupe, on est en demi-finale, l’objectif est de prendre la place en finale. Et comme la finale ne devrait pas se jouer à Paris, on jouera encore à l’extérieur. On est la meilleure équipe à l’extérieur en championnat. Faire encore un bon résultat et se qualifier pour la finale c’est notre objectif. »

Certaines joueuses partiront en sélections

« On attend encore de savoir si d’autres filles seront sélectionnées. Le club n’a pas reçu tous les listings. Il n’y en aura pas beaucoup. Le record est deux joueuses. J’aimerais bien le battre, on peut penser que ça me ferait des vacances, mais c’est surtout pour les filles, cela montre qu’elles travaillent bien et qu’elles ont le niveau pour aller en sélections. Plus il y’en aura, plus on sera contents. Maintenant, en tant qu’entraîneur du PSG, vu les rencontres importantes à préparer derrière, on préférerait qu’elles ne partent pas en sélections. »


Photo à la Une : (@PSG_Feminines)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer