BasketBasket : LFB

Marième Badiane (LDLC ASVEL Féminin) : « Se concentrer sur nos qualités, le reste viendra tout seul »

Après la récente qualification du LDLC ASVEL Féminin pour les quarts de l’EuroLigue, Marième Badiane s’est largement exprimée sur la belle saison des Lionnes.

Qualifié en quart de finale de l’EuroLigue Féminine, présent en finale de la Coupe de France et actuellement en tête du championnat de LFB, le LDLC ASVEL Féminin est dans les temps de passage souhaités par Valéry Demory. Il reste encore un long chemin à parcourir pour atteindre les objectifs de fin de saison. L’intérieure des Lionnes, Marième Badiane, les a détaillés, tout en revenant sur la belle série de victoire du club rhodanien.

Vous avez obtenu une qualification historique pour les quarts de finale de l’EuroLigue Féminine. C’était l’objectif fixé en début de saison ?

C’était clairement l’objectif. C’est une fierté de réussir à atteindre les quarts pour notre première année. Les débuts ont été délicats, surtout à l’extérieur. On est tombé dans une poule très homogène où on était au coude à coude avec de nombreuses équipes. Tout s’est joué sur la dernière journée donc c’est une grande joie de rejoindre les phases finales.

Vous avez réalisé une phase retour impressionnante avec six victoires et une seule défaite. Que s’est-il passé au sein du groupe pour réussir un tel exploit ?

On avait peut-être un peu du mal à se trouver en début de saison. Le groupe a mis du temps à se mettre en place et on a finalement réussi à trouver ce déclic. Chacun a trouvé sa place et on a mieux joué ensemble. On a retrouvé de l’enthousiasme. Je ne dis pas que nous ne l’avions pas avant mais on est allé chercher une nouvelle énergie, du plaisir à jouer et ça s’est fait ressentir sur le terrain.

Il a fallu du temps pour intégrer des joueuses comme Ciak ou Johannès ?

C’est difficile d’entamer une saison après celle que l’on a réalisée l’année passée où on termine championne de France, une saison idyllique. L’arrivée de ces deux joueuses change forcément le jeu. Marine Johannès est une grande joueuse et ça chamboule un peu tout. Pareil pour Héléna Ciak. Nous n’avions pas de point de fixation à l’intérieur comme elle peut l’être. Il a fallu se ré-adapter, trouver des repères.

En quart, vous allez affronter Orenbourg. C’est une équipe que vous redoutez ou vous pensez avoir les moyens de rejoindre le Final Four ?

On redoute n’importe quelle équipe sur ce plateau des quarts de finale car elles ont toutes mérité leur place. Il n’y a pas de petite équipe en EuroLigue, donc chaque erreur peut être fatale. Vu ce que l’on a montré ces derniers temps, la forme est là. Si on fait un match sérieux et qu’on s’appuie sur ce qu’on sait faire, c’est possible de rejoindre les demi-finales.

Le LDLC ASVEL Féminin est toujours très bien représenté dans le Power Ranking réalisé par la FIBA. C’est quelque chose que vous regardez ?

Personnellement, je ne me concentre pas trop là-dessus. Le coach ne nous en parle pas non plus. L’objectif, c’est de se concentrer sur nous. Bien sûr que nous allons étudier l’adversaire. Mais la première chose à faire, c’est de se concentrer sur nos qualités. Le reste viendra tout seul, on s’adaptera.

En championnat, vous restez sur trois victoires consécutives dont une contre Montpellier. C’était important de marquer les esprits contre le BLMA ?

On a une histoire commune avec Montpellier, rien que par rapport à la finale de l’année dernière. Forcément, ce sont des matchs que l’on prend très au sérieux et c’est également une équipe concurrente pour le haut de tableau. C’est important de marquer les esprits et de montrer que c’est difficile de faire un résultat chez nous.

Vous occupez la première position en championnat. Elle vous tient à coeur pour aborder les playoffs avec l’avantage du terrain ?

La saison dernière, on a vu que l’avantage du terrain était très important puisque la finale s’est jouée sur cinq matchs. Chaque équipe a gagné à domicile. Cette saison, la première place est encore plus importante car nous sommes désormais l’équipe à battre avec ce statut de favori. Ca va être dur de conserver la tête jusqu’à la fin, mais on va s’en donner les moyens.

En championnat, en Coupe de France ou en Euroligue, quels sont les objectifs ?

On joue sur tous les tableaux. En Coupe de France, l’objectif est d’aller gagner la finale à Paris Bercy parce que ça pourrait être historique. En championnat, conserver notre première place et notre titre de championne de France qu’il va falloir aller chercher. Ca va être très difficile, bien plus que l’année dernière. Enfin, concernant l’EuroLigue, on va prendre les matchs les uns après les autres et tenter d’aller le plus loin possible.


Photo à la Une : (@LFB)

Léo Labica

Léo Labica, fondateur du site aux côtés de Romain Boisaubert et Marvin Mathieu. Passionné de sport depuis ma tendre enfance, je nourris une grande appétence pour le sport féminin depuis une dizaine d'années. Le foot, le basket, le cyclisme ou le tennis.. autant de disciplines qui me font rêver. Passé par les rédactions de Vélo101 ou de Sport 365, j'ai pu vivre au plus près les événements sportifs. C'est désormais sur le sport féminin que je me concentre à maintenant vingt-quatre ans en créant "Le Sport au Féminin". Plus qu'une passion, un devoir !

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer