HandballHandball : Ligue Butagaz Énergie

BBH : Maëva Duvernois nous a ouvert les portes du kop des Supporters du Bout du Monde

Maëva Duvernois est la nouvelle responsable de la communication des Supporters du Bout du Monde, le kop qui soutient le Brest Bretagne Handball. Pour le Sport au Féminin, elle s’est confiée sur l’association, son rôle, le BBH et bien évidemment la dernière recrue Laurène Catani. Entretien avec une fidèle supportrice du BBH.

Pouvez-vous nous parler un petit peu de votre association ?

L’association des Supporters du Bout du Monde a été créée en 2011 quand l’Arvor 29 (ancien nom du BBH) est redescendu à cause de problèmes financiers. C’était un collectif de supporters proche du club qui a porté ce projet. Je pense notamment à Erwan Narzul. Le but était de mobiliser du monde autour du handball féminin en France pour montrer que le sport féminin méritait une meilleure visibilité. Je suis arrivée au pôle de communication depuis l’année dernière. On supporte les filles à chaque match et notamment en déplacement. On soutient des associations locales en mettant des places pour les matchs à disposition d’enfants malades ou défavorisés. On est en collaboration cette année avec l’association Une Oasis Pour la Sclérose en Plaques par rapport à l’annonce de la maladie d’Amandine Tissier qui nous a beaucoup touché. On veut aider à la recherche médicale par rapport à cette maladie et ainsi donner des subventions à cette association.

Depuis quand supportez-vous le Brest Bretagne Handball ?

Je suis Bretonne d’origine. Je n’ai pas supporté tout de suite le BBH. J’étais plus dans le handball amateur que je pratiquais le week-end. J’ai entendu un jour que le BBH montait en puissance et j’avais été avec ma famille voir des matchs. C’est vrai qu’au fur et à mesure, j’y allais régulièrement et j’ai ainsi recommencé à accrocher avec le handball féminin. Je suis vraiment le BBH depuis 2016.

Comment expliquez-vous qu’il y ait une telle ambiance à l’Arena de Brest ?

L’Aréna est une belle salle. Il n’y a pas que de l’argent au BBH. L’argent peut aider pour avoir de bonnes joueuses, mais il faut aussi savoir recruter les joueuses qu’il faut pour que l’équipe évolue. Cette saison, ça marche bien avec toutes les recrues et ça motive forcément les supporters. Je trouve qu’il y a ce côté un peu familial au niveau de l’association. C’est toujours bon enfant et on chambre les adversaires dans le côté sympathique de la chose. Avec les supporters du bout du monde, on a aussi une proximité avec les joueuses. On essaye aussi d’accueillir les supporters adverses. On a régulièrement des contacts avec la direction du club et notamment les présidents du BBH. On travaille en collaboration avec eux.

@BBH

Existe-t-il une grosse rivalité avec le Metz Handball ?

La rivalité est présente avec Metz, car Brest titille vraiment la première place. Metz gagne le titre depuis plusieurs saisons donc cette rivalité s’installe. Ça prouve aussi que le Championnat de France évolue. Il a beaucoup changé depuis une dizaine d’années. On arrive à attirer des joueuses européennes qui sont capables de jouer au très haut niveau international. On a un petit peu piqué Ana Gros à Metz. En tribune, on s’entend très bien avec les supporters du Metz Handball. La rivalité existe dans les tribunes pendant le match, mais en dehors, on ne se prend pas la tête avec ça.

Quel regard portez-vous sur la saison de votre équipe ?

Je vais la comparer à celle de l’année dernière. Cette année, le niveau des filles est vraiment exceptionnel. En championnat, on a été focus sur tous les matchs. Les filles ont aussi réussi à être vraiment fortes en Ligue des Champions. On n’a perdu que d’un but contre Györ, la meilleure équipe d’Europe. On a vraiment progressé. Cette saison est pour le moment quasiment parfaite et on attend de voir la suite. On espère que ça va continuer comme ça.

Que pensez-vous du recrutement de Laurène Catani ?

C’est vrai que c’est une joueuse que j’aime beaucoup. J’ai été heureuse d’apprendre qu’elle venait au BBH. On aura un atout en plus dans notre effectif. Laurène Catani va apporter plus de punch à l’équipe. Elle a des appuis de feu. Elle est très forte en un contre un. Ça sera un gros atout pour l’année prochaine. À voir après comment son intégration se passera. C’est un bon recrutement.

Quel est votre rêve pour cette fin de saison ?

J’avoue que cette année, ça serait bien de remporter le Championnat de France. Selon moi, c’est cette année ou jamais. Metz n’est pas dans la même dynamique que lors des années précédentes. Il faut y aller à fond pour ne pas regretter la saison magnifique que l’on fait. Si on peut aller au Final Four, il faut qu’on y aille. La Coupe de France est aussi un petit peu notre chouchoute de compétition, car on aime se déplacer en nombre pour supporter le BBH. Je pense que si on peut jouer sur tous les tableaux, tant mieux. Après si les joueuses veulent être focus sur un objectif particulier, je peux le comprendre. Le quart de finale de la Ligue des champions sera forcément historique.


Photo à la Une : (@CécileVigouroux)

Timothée de Fraguier

Passionné de sport féminin depuis ses débuts dans le journalisme, Timothée de Fraguier a décidé de rejoindre l'équipe du Sport Au Féminin en septembre 2019. Aujourd'hui rédacteur pour notre site internet, il apprécie la mise en avant des résultats sportifs féminins.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer