BasketBasket : LFB

LFB : Emmanuel Coeuret (Nantes Rezé Basket) « On ne fera l’impasse sur aucune rencontre »

Après la belle victoire du Nantes Rezé Basket contre Tarbes samedi dernier (63-52), l’entraineur des Déferlantes, Emmanuel Coeuret s’est longuement exprimé sur la suite des évènements.

Depuis le 12 janvier dernier, les Déferlantes n’avaient pas accroché le moindre succès. Samedi dernier, à domicile, elles ont renoué avec la victoire, grâce à une solide performance face à Tarbes (63-52), concurrent direct en vue des playdowns. L’entraineur nantais, Emmanuel Coeuret, est revenu sur la rencontre face à Tarbes et sur la suite de la saison. Nantes-Rezé Basket nourrit de grande ambitions.

Qu’est ce qui a marché lors de cette belle victoire contre Tarbes ?

On a été concentré sur ce que l’on devait faire au niveau stratégique. On a été dense défensivement, sur les points forts de l’adversaire. On a finalement maitrisé ce match et on s’est bien adapté à la défense proposée par Tarbes. Les matchs couperets n’ont jamais été notre point fort mais là, ça a été le cas.

Il y a eu notamment la très bonne performance de Antonia Laura Delaere avec ses 20 points et 7 passes décisives. Satisfait de sa performance ?

Entre autre. Clarince Djaldi-Tabdi et Jacinta Monroe également. Mais j’ai surtout envie de retenir l’aspect défensif qui n’est pas toujours visible sur la feuille statistique. Tout le monde s’est mis au diapason.

La dernière victoire contre la Roche-sur-Yon remonte à plus d’un mois. Ca fait du bien au groupe de renouer avec le succès ?

Bien sûr, même si c’est un groupe qui a gardé de l’enthousiasme malgré les défaites. Ce n’est pas quelque chose qui était palpable. Après, je ne vais pas vous mentir, ça fait du bien à tout le monde, aux joueuses comme au staff, surtout sur un match primordial. On retrouve une petite dose de confiance mais l’état d’esprit a toujours été présent, ce n’est pas ce qui me marque le plus. L’important, c’est qu’on est toujours vivant et qu’il reste encore pas mal de matchs. Il faut réussir à garder cet enthousiasme et croire au travail que l’on met en place.

Vous vous attendez à une rencontre compliquée ce week-end contre Landerneau, une équipe qui marche bien en ce moment ?

C’est une équipe qui est proche du Top 4 et qui fait une très bonne saison. Landerneau a un très bon cinq majeur. C’est la petite surprise de cette saison. Mais on est impatient de les jouer. Nous sommes les outsiders et c’est toujours plus facile à gérer.

Il y a toujours l’ambition de sortir de la zone rouge et de rejoindre les playoffs ?

Bien sûr. Il faut être ambitieux quoi qu’il arrive. On a quand même pris deux matchs en 2020. Il faut continuer, croire en nous. Et pourquoi pas dès dimanche prochain. Même si cette rencontre là ne revêt pas une importance primordiale pour les playdowns.

Il reste une rencontre contre une équipe qui risque de disputer les playdowns. Vous allez axer votre préparation sur ce déplacement à Charnay ?

La rencontre face à Charnay sera évidemment marquée à l’encre rouge. Après, dès le match contre Landerneau, ce week-end, il faut garder cette confiance et engranger des victoires qui sont toujours bonnes pour le moral. On peut encore croire à mieux que les playdowns. Pour l’instant, mathématiquement, rien n’est fait. Ca ne sera pas une mince affaire. Mais de toute manière, pour bien préparer le déplacement à Charnay, il faut engranger de la confiance donc on ne fera l’impasse sur aucune rencontre.

Vous êtes satisfait de votre groupe, de vos joueuses jusque là ?

Antonia Delaere est plutôt au rendez-vous. Ce qui lui manque, c’est un peu de constance dans l’agressivité. La nouvelle recrue, Ronnie Williams, nous apporte ce qui nous manquait, de l’impact. Je mettrais un léger bémol sur Merve Aydin qui devrait nous apporter un peu plus. Mis à part ça, Clarince Djaldi-Tabdi fait une très bonne saison en tant que Française. Après, nous sommes une équipe avec un roster très réduit. On est dans les eaux où on doit être.


Photo à la Une : (@NRB)

Léo Labica

Léo Labica, fondateur du site aux côtés de Romain Boisaubert et Marvin Mathieu. Passionné de sport depuis ma tendre enfance, je nourris une grande appétence pour le sport féminin depuis une dizaine d'années. Le foot, le basket, le cyclisme ou le tennis.. autant de disciplines qui me font rêver. Passé par les rédactions de Vélo101 ou de Sport 365, j'ai pu vivre au plus près les événements sportifs. C'est désormais sur le sport féminin que je me concentre à maintenant vingt-quatre ans en créant "Le Sport au Féminin". Plus qu'une passion, un devoir !

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer