HandballHandball : Ligue Butagaz Énergie

Playoffs D2F : Perrine Petiot (Celles-sur-Belle) « Ce sont des matchs déterminants pour la suite »

Celles-sur-Belle se déplace à Octeville sur Mer ce dimanche pour la deuxième journée de play-offs de seconde division. Avant ce match important pour les Celloises, Perrine Petiot s’est confiée pour Le Sport Au Féminin. Extraits.

Que retenez-vous de votre victoire obtenue au bout du suspense contre Le Havre le week-end dernier ?

Je retiens que l’on a vraiment été sérieuses et on a réussi à toujours rester devant. Nous avons maîtrisé ce match même si la fin était plus difficile pour nous. La fatigue nous a fait rater des choses et on s’est fait peur sur la fin. Tous les jours on se répète qu’on est capables du meilleur, mais aussi du pire. Ce match a confirmé que dès qu’on se relâche un peu, on peut se mettre en danger. On a ce défaut de pouvoir se mettre à mal jouer en très peu de temps.

Vous vous déplacez ce dimanche à Octeville sur Mer, une équipe qui a sombré contre Plan-de-Cuques, vous êtes grandissimes favorites …

Ce statut on l’a depuis le début de l’année par rapport à nos résultats de la saison dernière. Nous avons ce statut de favori depuis le début de l’année. On l’assume depuis septembre donc on a l’habitude d’avoir cette pression-là. On connait peu cette équipe d’Octeville donc on a fait pas mal de travail vidéo. On se méfie comme d’habitude de cette équipe. Je m’attends à un match où on va galérer. On ne va peut-être pas fournir notre meilleur jeu. On a en plus tendance à se relâcher quand on joue contre des équipes supposées moins fortes. L’important sera le résultat, car on court après des points.

Vous êtes troisièmes de cette poule pour monter dans l’élite. Vous n’avez pas le droit à l’erreur …

Ah oui ça nous le savons. On n’a pas le droit à l’erreur sinon il faudra que les autres équipes se loupent plus que nous. On a sept matchs et ce sont sept finales. Ce sont des matchs déterminants pour la suite. Si on perd ne serait-ce qu’un seul match, je pense que ça sera rédhibitoire. On ne se laisse pas le droit à l’erreur et ça nous met de la pression. On a vécu la même chose l’année dernière donc on a pris l’habitude de ça. C’est une pression, mais c’est une bonne pression.


Photo à la Une : (@Photo cor. NR, J.C.)

Timothée de Fraguier

Passionné de sport féminin depuis ses débuts dans le journalisme, Timothée de Fraguier a décidé de rejoindre l'équipe du Sport Au Féminin en septembre 2019. Aujourd'hui rédacteur pour notre site internet, il apprécie la mise en avant des résultats sportifs féminins.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer