Divers

Coronavirus : Vers une généralisation du huis clos ?

L’Etat a statué. Les rassemblements de plus de 1000 personnes sont désormais interdits jusqu’au 15 avril, avec des conséquences sur les évènements sportifs.

Pour freiner la propagation du virus en Europe, des mesures ont été prises par les instances gouvernementales. Ce dimanche, le Ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, a annoncé l’interdiction en France des rassemblements de plus de 1000 personnes jusqu’au 15 avril. Une mesure qui impacte directement les évènements sportifs, qui devraient se disputer à huis clos s’ils rassemblent plus d’un millier de passionnés. A ce sujet, la Ministre des Sports, Roxana Maracineanu, s’est largement exprimée dans une conférence de presse ce lundi.

« La règle s’applique jusqu’au 15 avril, en concertation avec nos partenaires européens pour freiner la propagation du coronavirus, a annoncé la ministre des Sports ce lundi. Nous sommes dans un contexte exceptionnel et le monde sportif doit participer à cet effort collectif. »

Le huis-clos, « une doctrine »

Si plusieurs évènements sportifs, tel que le match de Ligue des Champions entre Paris et Dortmund, connaissaient déjà leur sort, la généralisation des évènements sportifs à huis clos, comme cela peut-être le cas en Italie, devrait voir le jour. « Il faudra que les organisateurs s’adaptent aux nouvelles règles avec cette jauge de 1.000 personnes en comptant les participants ou en préférant les huis clos » a précisé Roxana Maracineanu avant d’ajouter, « dans cette période, le huis clos peut devenir notre doctrine concernant les méthodes d’organisation. »

France Pays-Bas sans spectateur

L’ensemble des compétitions nationales et internationales pourraient donc se jouer à huis clos. La rencontre entre la France et les Pays-Bas lors du Tournoi de France se jouera officiellement sans spectateur du côté de Valenciennes. Les Bleues ne pourront pas soulever ce trophée sous les yeux de leurs supporters. D’autres rassemblements, comme les rencontres de D1 Arkema, de Ligue Butagaz Energie ou encore de Ligue Féminine de Basket pourraient suivre la même logique.


Photo à la Une : (@DR)

Léo Labica

Léo Labica, fondateur du site aux côtés de Romain Boisaubert et Marvin Mathieu. Passionné de sport depuis ma tendre enfance, je nourris une grande appétence pour le sport féminin depuis une dizaine d'années. Le foot, le basket, le cyclisme ou le tennis.. autant de disciplines qui me font rêver. Passé par les rédactions de Vélo101 ou de Sport 365, j'ai pu vivre au plus près les événements sportifs. C'est désormais sur le sport féminin que je me concentre à maintenant vingt-quatre ans en créant "Le Sport au Féminin". Plus qu'une passion, un devoir !

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer