BasketBasket : Euroligue

EuroLigue Féminine (1/4) : Le BLMA ne sera pas du déplacement à Ekaterinbourg

Les Gazelles ne rejoindront pas la Russie pour disputer le quart de finale aller de l’EuroLigue Féminine. Les mesures prises par la Russie concernant le COVID-19 empêchent ce déplacement.

Qualifié pour la première fois en quart de finale de l’EuroLigue Féminine, Lattes-Montpellier ne se déplacera pas à Ekaterinbourg pour y disputer le match aller, ce mercredi à 15h00. Dans un communiqué, le club a annoncé son renoncement à rejoindre la Russie pour des mesures sanitaires. Après une alerte émise par l’ambassade de France en Russie, qui préconise d’annuler les déplacements en Russie avec des mesures de confinement, le BLMA ne veut pas prendre le risque de voir sa délégation mise sous quarantaine.

Dans le communiqué publié dans la nuit de lundi à mardi, le club héraultais a indiqué son « renoncement contraint, malgré (les) ambitions sportives et la passion quoi (les) anime. » Cette décision fait donc suite aux mesures prises par l’état russe concernant le COVID-19. Les autorités de la ville de Moscou soumettront à un « isolement obligatoire pendant quatorze jours toutes les personnes en provenance de zones considérées comme étant à risques. »

Quelles conséquences pour le club montpelliérain ?

La Fédération internationale de basket-ball va prochainement prendre des mesures. Nul ne sait si cette rencontre pourra être reportée, si l’annulation de ce déplacement sera considéré comme un forfait et une victoire par conséquent du club russe (20-0 en cas de forfait). Les Gazelles sont désormais dans l’attente d’une prise de décision de la FIBA et de la Fédération Française de basket.


Photo à la Une : (@BLMA)

Léo Labica

Léo Labica, fondateur du site aux côtés de Romain Boisaubert et Marvin Mathieu. Passionné de sport depuis ma tendre enfance, je nourris une grande appétence pour le sport féminin depuis une dizaine d'années. Le foot, le basket, le cyclisme ou le tennis.. autant de disciplines qui me font rêver. Passé par les rédactions de Vélo101 ou de Sport 365, j'ai pu vivre au plus près les événements sportifs. C'est désormais sur le sport féminin que je me concentre à maintenant vingt-quatre ans en créant "Le Sport au Féminin". Plus qu'une passion, un devoir !

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer