FootballFootball : D1 Arkema

D1 Arkema : Aurélie Rougé (ASJ Soyaux) : « On doit obligatoirement s’imposer face à Reims »

A l’approche du déplacement de l’ASJ Soyaux sur la pelouse du Stade de Reims, ce samedi pour le compte de la dix-septième journée de D1 Arkema, Aurélie Rougé a pris le soin de se confier pour Le Sport au Féminin. Extraits.

A six journées du terme de la saison en D1 Arkema, l’ASJ Soyaux pointe à une décevante dixième place. A l’approche du sprint final, les Sojaldiciennes comptent sept points d’avance sur la zone rouge mais ont l’opportunité ce samedi, de réaliser une belle opération comptable en cas de succès sur la pelouse du Stade de Reims. Il faudra pour cela réaliser un match plein, face à des Rémoises qui réalisent quant à elles une saison très satisfaisante pour leur grand retour dans l’élite.

La défenseure du club charentais, Aurélie Rougé, s’est longuement confiée pour Le Sport au Féminin. Le déplacement à Reims, les ambitions pour la fin de saison, sa situation personnelle ou encore sa fierté de porter les couleurs de la Martinique, la numéro 18 de l’ASJ Soyaux nous dit tout. Extraits.

Aurélie Rougé (à gauche) dispute sa troisième saison sous les couleurs de l’ASJ Soyaux (©P.Chassine/ASJSoyaux)

Une seule victoire en championnat en 2020, que manque-t-il à l’équipe ?

C’est vrai qu’on est dans une période difficile ces derniers temps. On fait tout pour remédier à cette situation et être plus efficace offensivement et défensivement. A l’entraînement on travaille beaucoup, je pense qu’on est surtout en manque de réussite sur les dernières rencontres. Depuis le début de saison notre état d’esprit est toujours positif. Même si les résultats ne suivent pas trop on continue à travailler d’arrache pied pour retrouver le chemin de la victoire. De l’inquiétude ? Non on va prendre match après match et on fera le bilan à la fin de saison.

Comment abordez-vous le déplacement à Reims, qui est en grande forme cette saison ?

On a beaucoup travaillé cette semaine, on sait qu’elles nous attendent car on est derrière elles au classement et on a l’opportunité de passer devant en cas de victoire. On a envie de prendre notre revanche car on a perdu face à Reims lors du match aller. Il faut obligatoirement s’imposer ce samedi. On a fait beaucoup de travail sur le plan tactique cette semaine et on est prête pour ce match.

Quelles sont les ambitions pour la fin de saison ?

On veut prendre des points pour vite se maintenir, on nous a retiré trois points début janvier et cela nous a un peu pénalisé. On a aussi à coeur de prendre du plaisir sur le terrain et jouer comme on sait le faire.

Comment jugez-vous votre saison sur le plan personnel ?

Je suis assez satisfaite mais je trouve que j’ai moins de régularité par rapport aux saisons précédentes. J’ai été blessée en début de saison et cela a été plus compliqué de reprendre le rythme et d’enchaîner les matchs. Quand je ne suis pas blessée je me sens bien donc j’espère que ça va durer. C’est ma troisième saison à Soyaux, je me sens très bien ici, il y a une très bonne ambiance dans le groupe, c’est une des raisons pour lesquelles je suis restée. On s’entend toutes bien, il n’y a pas de clan. C’est important de travailler dans une bonne ambiance, on se voit deux fois par jour, on vit presque ensemble donc c’est primordial de bien s’entendre.

Comment vous-êtes vous retrouvée à faire du football ?

J’ai commencé en faisant de la danse ! (Rires). Mon frère faisait du judo puis il s’est mis au foot et je l’ai toujours suivi. Le football est une vraie passion pour moi, sans le foot … Je pense que j’aurais fait du handball.

Vous jouez également pour la Martinique, est-ce le choix du coeur ?

Oui. Je n’oublie pas d’où je viens, la Martinique m’a tout donné. C’est là où j’ai grandi, là où j’ai commencé à taper dans le ballon. Ca me tenait vraiment à coeur de jouer pour ma sélection. C’est une fierté pour moi de porter ce maillot.


Photo à la Une : (@ASJSoyaux/Maëlle Fonteneau)

Marvin Mathieu

Marvin est l'un des fondateurs du site, rédacteur en chef. Grand passionné de sport et de langue depuis son enfance, Marvin a réussi à concilier les deux durant son passage en Espagne, où il a découvert le métier de journaliste. Quadrilingue (Français, Anglais, Espagnol, Russe), ce Cagnois de vingt-trois ans a décidé de se lancer dans l'aventure du sport féminin, en créant officiellement "Le Sport au Féminin", le 25 février dernier.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer