HandballHandball : Division 2

D2F : Yaëlle Morvan (HAC Handball) : « Pour les exercices qui nécessitent des poids, j’utilise mes packs de lessive »

Confinée comme l’ensemble de la population française depuis plus d’une semaine, Yaëlle Morvan, l’arrière droite du HAC Handball, s’est confiée pour Le Sport au Féminin. Extraits.

En raison de la pandémie du coronavirus, Yaëlle Morvan (HAC Handball), à l’instar de toute la population française, est confinée à son domicile depuis plus d’une semaine. Une situation délicate à gérer pour les sportives qui doivent trouver le moyen de converser une certaine condition physique. Et pour palier au manque de sport, l’ailière droite du club normand fait preuve d’ingéniosité. Pour Le Sport au Féminin, la Bretonne s’est longuement confiée. La situation sanitaire actuelle, l’incertitude liée à la reprise des compétitions sportives, le report des JO et son regard sur le confinement, la numéro 15 du club normand nous dit tout. Extraits.

Yaëlle Morvan tente comme de nombreuses sportives de palier le manque de sport en cette période de confinement (HAC Handball)

Comment se passe la période de confinement ?

On prend son mal en patience et on s’occupe comme on peut. J’ai l’habitude d’avoir un emploi du temps chargé donc ça fait tout de même un petit décalage.

Comment faire pour garder la condition physique ?

Ce n’est pas évident, surtout lorsqu’on vit dan un petit appartement. On devient inventif. Pour les exercices qui nécessitent des poids, j’utilise mes packs de lessive (Rires). On a un programme journalier à suivre. Après, c’est important de garder un rythme de vie normal pour ne pas se sentir trop en décalage.

Etes-vous toujours en contact avec vos coéquipières et votre entraîneur du HAC Handball ?

Oui, on a régulièrement des nouvelles du staff pour être informées des mesures à prendre et de l’évolution de la situation. Entre coéquipières on est souvent en contact, on essaie de maintenir le lien et on se donne des nouvelles, pour se rassurer que tout va bien.

La Coupe de France vient d’être annulée. La LBE et la D2 sont également menacées. Comment vivez-vous cette situation ?

On est encore dans le flou donc c’est compliqué de se projeter. Des décisions ont été prises pour le championnat amateur, on attend de voir ce qui va se passer pour nous. Quelle que soient les décisions, nous allons travailler collectivement et individuellement pour être meilleures pour la fin du championnat ou pour la saison prochaine.

Les Jeux Olympiques ont également été reportés. Pensez-vous que la bonne décision a été prise ?

Ça a du être une décision difficile à prendre car c’est un événement mondial. Personnellement, je trouve que la bonne décision a été prise, les Jeux Olympiques sont une compétition de partage, de convivialité, et le climat de peur instauré par cette crise sanitaire aurait fait perdre un peu de magie à cet événement. C’est tout à fait normal d’accorder plus d’importance à la situation sanitaire et à la santé de tous, ce qui est beaucoup plus important que n’importe quel événement sportif.

Certaines personnes ne respectent pas totalement le confinement. Qu’en pensez-vous ?

Je vais essayer de rester diplomate sur cette question. Je pense que tout le monde n’a pas conscience de la gravité de la situation, sans vouloir créer un climat de peur, il faut être très vigilant et c’est quelque chose que l’on doit prendre très au sérieux. Si chacun ne prend pas ses responsabilités on va rester confiné plus longtemps. C’est une question de bon sens et de solidarité, pour les personnes qui sont exposées tous les jours et qui risquent leur vie pour continuer à nous faire vivre.

Sortez-vous pour applaudir à 20h ?

Oui bien sûr. Si ça peut donner un peu de courage aux médecins, infirmiers et personnels soignants c’est de bon coeur.


Photo à la Une : (@HACHandball)

Marvin Mathieu

Marvin est l'un des fondateurs du site, rédacteur en chef. Grand passionné de sport et de langue depuis son enfance, Marvin a réussi à concilier les deux durant son passage en Espagne, où il a découvert le métier de journaliste. Quadrilingue (Français, Anglais, Espagnol, Russe), ce Cagnois de vingt-trois ans a décidé de se lancer dans l'aventure du sport féminin, en créant officiellement "Le Sport au Féminin", le 25 février dernier.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer