HandballHandball : Ligue des Champions de l'EHF

Ligue des champions de l’EHF : Siofok gronde après la décision de la Ligue hongroise

Après l’annonce le 24 mars de la suspension de son championnat, la Ligue hongroise a surpris en annonçant, le 9 avril dernier, que la saison 2019/2020 serait une « saison blanche ». La colère monte au Siofok KC, le club des Françaises Camille Aoustin et Gnonsiane Niombla.

Avant l’arrêt de la saison, le club de Siofok était deuxième du classement derrière Gyor et deux points devant Ferencvaros. Si ce classement en était resté là, Siofok aurait donc été directement qualifié pour la Ligue des champions. Qualification que perdrait le club en cas de « saison blanche. » « Ça a été une vraie douche froide. C’est dingue quand même, c’est vraiment injuste ! Pourquoi ne pas reprendre les résultats de la saison 2004/2005, tant qu’on y est ? Toutes les valeurs du sport sont bafouées avec une telle décision » explique l’internationale tricolore Gnonsiane Niombla, visiblement agacée.

Un frein brutal pour le club

Ce serait un sacré coup d’arrêt si le Siofok KC ne parvenait pas à se qualifier pour la prochaine Ligue des champions. Cinquième du championnat en 2018, vainqueur de la coupe EHF en 2019, ce n’est que la suite logique pour ce club qui ne cesse de progresser. La déception est donc grande pour nos françaises comme l’explique Camille Aoustin à HandNews : « On a disputé 70% du championnat (18 matchs sur 26), on a battu Györ une fois, on a fait une victoire et un nul contre FTC et on se retrouve dans cette situation ? C’est unique en Europe cette décision ! C’est très dur à encaisser. »

Un club prêt à se défendre

« Au vu des prochaines échéances de l’équipe nationale hongroise et notamment la qualification aux Jeux Olympiques 2021, il semble plus utile que les internationales jouant au FTC évoluent dans la plus prestigieuse compétition européenne l’année prochaine » a indiqué Katalin Palinger, vice-présidente de la Ligue. Le club se dit prêt à contre-attaquer. « Ça ne se terminera pas comme ça. Nous n’allons pas accepter cette décision sans rien dire. Nous discutons en interne pour voir quelle réponse nous pouvons apporter » affirme Bent Dahl, futur entraîneur du club. Les joueuses sont également montées au créneau pour défendre leur club. L’internationale espagnole Nerea Pena parle de « huit mois de travail jetés à la poubelle » et d’une décision injuste.

L’internationale danoise Simone Bohme va plus loin encore : « Cette décision est démotivante car j’ai parfois la sensation que nous nous battons contre quelque chose de plus fort que nous, au-delà de nos performances sur le terrain, mais je refuse d’en parler davantage. Mais d’un autre côté, ça va nous donner une force supplémentaire pour faire encore mieux dans le futur. » Pour Siofok, la seule alternative semble être l’obtention d’une « wild-card » qui permettrait au club de participer à la prochaine Ligue des champions. Il faudrait toutefois que la Ligue accepte que trois clubs d’un même pays participent à la compétition.


Photo à la Une : (@siofokkc)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page