FootballFootball : Championnats étrangers

Megan Rapinoe détruit (encore) Donald Trump

Pour Vice TV, la star américaine s’en est à nouveau prise au président des États-Unis Donald Trump. La Ballon d’Or 2019 a également ouvert la porte à un potentiel avenir en politique.

Reconnue pour ses prises de positions fortes, notamment sur l’égalité salariale dans le football, Megan Rapinoe a récidivé. Invitée sur la chaîne Vice, la Californienne s’en est prise sans détours au président américain. « Là, nous avons clairement, je pense, un nationaliste blanc à la Maison Blanche et les crachats de haine, l’exclusion du reste du pays n’ont fait qu’entraîner plus de clivages entre les gens, plus de désespoir, d’anxiété et de peur », a jugé la joueuse d’OL Reign. Depuis son élection, Megan Rapinoe s’en est régulièrement prise au New-Yorkais. Comme l’ancien joueur de football américain Colin Kaepernick, l’internationale américaine avait à plusieurs reprises mis un genou à terre pendant l’hymne national. Ce geste est un symbole de la lutte contre les violences policières envers les noirs.

Megan Rapinoe bientôt engagée politiquement ?

Lors de la Coupe du Monde 2019 en France, Megan Rapinoe avait prévenu qu’en cas de victoire finale, les joueuses refuseraient de se rendre à la Maison Blanche. Donald Trump avait d’ailleurs répliqué sur Twitter : « Megan devrait gagner avant de parler », avait-il déclaré. Quelques semaines plus tard, les Américaines ont remporté la Coupe du monde et ont tenu parole.

Sur Vice TV, Megan Rapinoe a également évoqué son avenir. Elle a entrouvert la porte à une future carrière en politique : « Je ne ferme pas totalement la porte, mais ça semble un peu fou », a-t-elle expliqué avant d’évoquer son job de rêve : « présidente, bien sûr. Si j’y vais, je veux la plus grosse fonction ». Toutefois, Megan Rapinoe a ensuite quelque peu calmé le jeu : « Je ne suis pas en train de dire : « Je suis la plus intelligente, je devrais être la présidente. » Je ne suis absolument pas qualifiée pour quelque poste que ce soit au gouvernement ».

Récemment, la native de Redding a annoncé publiquement son soutien au candidat du Parti Démocrate Joe Biden. Elle avait même expliqué être disponible pour être sa colistière. L’ancien vice-président des États-Unis avait apporté son soutien aux joueuses de Team USA dans leur quête d’égalité salariale. Les choses bougent dans le monde du football féminin.


Photo à la Une : (DR)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer