RugbyRugby : Elite 1

5 questions à… Milena Buzenet (Stade Rennais Rugby)

Suite à l’annonce de la nouvelle formule du championnat, la demi de mêlée du Stade Rennais Rugby, Milena Buzenet (23 ans), est revenue pour Le Sport au Féminin sur sa saison ainsi que celle de son club.

Au Stade Rennais, Milena Buzenet a tout connu. Des catégories de jeunes au brassard de capitaine de l’équipe première, la demi de mêlée de vingt-trois ans est le symbole de cette équipe. À l’aube d’une nouvelle saison qui s’annonce passionnante et au crépuscule d’une saison inachevée, Milena Buzenet s’est confiée. Extraits.

Que pensez-vous de la saison de votre club ?

Notre saison a été compliquée et mitigée. Les résultats souhaités n’ont pas toujours été au rendez-vous, on aurait souhaité mieux faire… À la suite de l’arrêt de la saison, nous avons terminé cinquièmes de notre poule et forcément, c’est décevant… On attendait avec impatience la reprise de la fin de la saison régulière pour pouvoir démontrer notre envie et notre enthousiasme de gagner le maximum de matchs et remonter dans les quatre premières pour se qualifier en phase finale. Mais ce n’est que partie remise. Une belle revanche est a venir, vivement le saison prochaine !

Que pensez-vous de votre saison sur le plan personnel ?

Pour ma part, cette saison a été particulière car j’ai eu l’honneur de porter le brassard du capitaine. Bien évidemment, c’est une fierté d’avoir ce rôle si important dans une équipe et d’autant plus au sein du Stade Rennais, ce club qui me fait vivre depuis toute petite. Mais c’est aussi beaucoup de responsabilités sur soi-même, pas toujours facile à gérer. On se doit de montrer l’exemple et de faire partager les valeurs de notre sport. Je suis déçue de ne pas avoir pu emmener l’équipe plus haut, vers les objectifs fixés et au vu de cette fin de saison, c’est d’autant plus frustrant. C’est une saison inachevée sur le plan sportif mais également personnel, il y a eu beaucoup de travail personnel, de réflexions, d’intériorisations, de remises en questions constante pour pouvoir trouver des solutions à chaque problèmes, chaque obstacles et surtout être à l’écoute et accompagner au mieux les joueuses sur l’ensemble de la saison. Je suis ravie d’avoir pu honorer ce statut particulier sur cette courte saison, et j’ai hâte d’être à la saison prochaine pour poursuivre le travail entrepris et obtenir des résultats positifs.

@Hugo Pfeiffer

Quels seront les ambitions du Stade Rennais la saison prochaine ?

Les ambitions du Stade Rennais pour la saison prochaine sont tout d’abord de réaliser une meilleure saison que précédente et donc se qualifier pour les plays-offs et participer aux phases finales. Il va y avoir du travail, beaucoup de travail au vu de la nouvelle formule du championnat. On ne sait pas encore où on va mais on fera tout en sorte pour arriver à l’objectif de la qualification en phase finale : c’est l’objectif principal de la prochaine saison. Et puis continuer également à développer le sport féminin, le club et les équipes. Former et accompagner l’ensemble des joueuses sur le plan sportif et aussi professionnel, faire en sorte que les joueuses vivent bien sur le terrain et en dehors pour être enthousiastes et épanouies afin obtenir les meilleurs résultats sportifs possibles.

« Ça annonce une saison particulière et complexe »

À propos de la nouvelle formule de l’Élite 1 féminine qui sera mis en place dès la saison prochaine.

Que pensez-vous de la nouvelle formule du championnat ?

Ça annonce une saison particulière et complexe. On ne sait pas à quoi s’attendre, on va devoir s’adapter à ce nouveau championnat, à la nouveauté. La saison va être différente mais on a pas le choix alors on fera du mieux que l’on peut. Il n’y aura pas le droit à l’erreur : tous les matchs et tous les points seront importants et indispensables pour se qualifier en play-off et accéder aux phases finales.

Que pensez-vous de l’ascension du rugby féminin ces dernières années ?

Le rugby féminin est de plus en plus mis en avant, il y a plus de lisibilité et de médiatisation et encore plus d’adhérentes chaque années. Nous sommes encore des joueuses amatrices malgré les éventuelles primes que l’on peut toucher de notre club, mais nous sommes encore loin d’autres sports, et loin d’être professionnelles. Nous nous devons de faire des études ou exercer à côté pour assurer notre avenir professionnel. Bien sur, il y a une évolution depuis quelques années, et plus d’intérêts pour ce sport, mais on peut faire encore mieux, et j’espère qu’avec ce nouveau championnat et les prochaines saisons, elle continuera sur cette voie. Le chemin est long surtout lorsqu’on parle de rugby féminin et de sport féminin en général, on ne peut qu’espérer mieux pour les jeunes joueuses qui découvrent, débutent et jouent au rugby. 


Photo à la Une : (@DR)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer