HandballHandball : Division 2

Marie Hien (Toulouse Féminin Handball) : « On a envie de garder cet esprit familial »

Gardienne du Toulouse Féminin Handball depuis plusieurs années, Marie Hien s’est longuement confiée pour Le Sport au Féminin. Dans nos colonnes, elle s’est exprimée sur les ambitions de son club, son lien avec le public et son parcours de gardienne.

Le club toulousain a par deux fois manqué la montée en D2. La saison prochaine pourrait enfin être la bonne pour le TFH. Toutefois, même si cet objectif était atteint, Marie Hien ne veut pas que son club perde de son esprit familial.

Son parcours de gardienne

J’ai commencé le handball à l’âge de dix ans. Dans mon club il n y avait pas de gardienne donc j’ai décidé d’essayer. Ensuite j’ai été repérée pour aller en sport étude. J’ai passé les sélections au Pôle Espoir de Toulouse comme gardienne. Ça m’a donné la possibilité de me perfectionner dans les cages. J’ai joué en moins de 18 en France puis je suis partie en N2, au BOC 31. Puis j’ai passé mon concours de professeur des écoles donc j’ai mis la N1 un peu de côté. Une fois que j’ai eu mon diplôme le TFHB m’a rappelé et j’y suis retournée. Je reviens de loin puisque entre temps j’ai eu deux grosses blessures. Je me suis fait les deux croisés mais je me suis bien remise heureusement !

« Il y a des questions qui vont se poser si on monte en D2 »

On essaie de tout faire pour être plus visibles et que plus de gens viennent nous voir. Depuis l’année dernière, on crée des affiches que l’on dispose un peu partout dans la ville pour faire parler de nous. Je fais partie de la communication du club. On est très présents sur les réseaux. Sur Instagram on fait des stories, des quiz etc. Aujourd’hui les gens qui viennent nous voir ont un lien avec le club. Ce sont, pour la plupart, soit des licenciés du club soit des amis ou de la famille des joueuses. On est très proches du public. On organise des petits évènements pour pouvoir tous se rencontrer. Pour le Noël du club par exemple, on se retrouve tous et on s’échange des petits cadeaux. Le club est une famille. On a envie de garder cet esprit familial. Il y a des questions qui vont se poser si on monte en D2. Il y aura un cap à franchir. Cette année le club avait évoqué le fait que le public devrait payer pour assister aux matchs. Finalement ça ne s’est pas fait. Dans le groupe en tout cas, on ne veut pas perdre cet esprit qui est le nôtre.

« On est en avance sur les objectifs ! »

Quand le club m’a rappelé ils m’ont expliqué que l’objectif à moyen terme c’était la D2. Ce n’était pas censé arriver immédiatement mais dans quelques temps. On est en avance sur les objectifs ! L’année dernière on est arrivé premières ex-aequo avec Clermont. Finalement c’est elles qui sont montées grâce au goal average. C’était vraiment frustrant. Cette saison on a également manqué de peu la montée. On était en concurrence avec Cannes mais tout s’est arrêté avec l’arrivée du coronavirus. C’est dommage car on devait aller jouer chez elles. C’est moins frustrant que l’année dernière car on avait terminé deuxième avec un point de moins. Notre objectif est clairement atteignable, c’est sur le plan financier qu’il faudra suivre. Pour la saison prochaine il faudra d’abord qu’on restructure l’effectif. Deux de nos arrières partent. Ce sont deux grosses joueuses en moins. Mais une fois qu’on aura reformé un effectif, on pourra de nouveau croire à la montée !


Photo à la Une : (@MarieHien)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer