Athlétisme

Lutte contre le racisme : Une athlète américaine exige des excuses de son comité olympique

Après la publication d’un message de tolérance de la part de l’USOPC (Comité Olympique et Paralympiques américain) dénonçant les violences policières et la mort de George Floyd, la lanceuse de marteau américaine Gwen Berry a réclamé une lettre d’excuse de la part de son comité olympique. Ce dernier l’avait sanctionné en 2019 pour avoir levé le poing contre les injustices raciales.

La mort la semaine dernière de George Floyd aux États-Unis suite à une violente interpellation policière a embrasé l’Amérique et les réactions dans le monde du sport se sont succédées ces derniers jours. Celle du Comité Olympique américain ce mardi a suscité la colère de Gwen Berry.

Sanctionnée pour avoir levé le poing

Tout commence en Août 2019 aux Jeux Panaméricains de Lima (Pérou). Après avoir remporté le titre au marteau, la lanceuse américaine lève le poing vers le ciel pendant la cérémonie de remise des médailles, en signe de protestation contre les injustices raciales. Un geste peu apprécié par l’USOPC qui la sanctionne alors. L’athlète de 30 ans écope d’une mise à l’épreuve d’un an avec la menace d’une plus lourde peine.

Deux poids deux mesures

Mais ce 2 juin 2020, Sarah Hirshland, la directrice générale de l’USOPC a publié sur Twitter une lettre de soutien aux athlètes américains, évoquant notamment « un sentiment de désespoir » face à la mort de George Floyd. Elle a également affirmé que l’USOPC soutenait « tous ceux qui demandent un traitement égalitaire ».

Une prise de position qui n’a pas manqué de faire réagir Gwen Berry qui a alors réclamé une lettre d’excuses. « Je veux une lettre d’excuse écrite, exactement comme celle que vous et le comité international m’avez envoyée pour me sanctionner…Arrêtez de jouer avec moi », s’est-elle insurgée. Pour l’heure, toujours aucune réaction de la part de l’instance américaine mais elle pourrait rapidement arriver au vu des réactions enflammées sur les réseaux sociaux.


Photo à la Une : (@Wikipédia)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer