Equitation

Équitation : le président de la FFE s’est expliqué avec Roxana Maracineanu

Après des révélations de Mediapart le 23 mai dernier faisant état d’affaires de pédocriminalité dans le monde de l’équitation, la ministre des Sports Roxana Maracineanu a reçu Serge Lecomte ce jeudi pour s’expliquer.

Une simple « réunion de travail ». Voilà comment le patron de la Fédération française d’équitation a décrit son entretien avec Roxana Maracineanu ce 4 juin. Une sérénité qui contraste avec la gravité des accusations dont il fait l’objet de la part de Mediapart. Selon le média d’investigation, le dirigeant français aurait fermé les yeux sur des agressions sexuelles commises sur des enfants. Il est notamment accusé d’avoir embauché Loïc Caudal, un éducateur de son propre club de Suresnes (Hauts-de-Seine), et de l’avoir gardé pendant des années alors que ce dernier avait fait l’objet de plusieurs condamnations pour des atteintes sexuelles sur mineurs.

« Je n’ai jamais été au courant de ces condamnations »

L’homme de 69 ans et l’ancienne nageuse d’origine roumaine auraient donc, selon le ministère, évoqué ces accusations malgré les déclarations du dirigeant à la sortie de cet entretien. « Nous ne sommes pas entrés dans les détails de l’article de Mediapart », a-t-il affirmé. Le boss de la FFE s’est alors totalement déchargé de toute responsabilité dans cette affaire, invoquant l’ignorance. « Je n’ai jamais été au courant de ces condamnations. Et que je sois au courant ou non, le sujet n’est pas là, puisque cette personne a été embauchée à la fédération comme chauffeur et agent d’entretien, donc il n’avait aucun rôle auprès de mineurs », s’est-il dédouané. Mais le ministère ne semble pas totalement convaincu par cette défense.

Des suites possibles

Selon le département sportif du gouvernement, Serge Lecomte aurait été mis au courant des condamnations de Loïc Caudal par une lettre émise par la Direction départementale des Hauts-de-Seine. Si ce celui-ci affirme ne jamais avoir reçu ce courrier, Roxana Maracineanu n’entend pas en rester là. « La ministre a dit qu’elle allait demander des explications complémentaires à ses services déconcentrés. Il n’est pas exclu qu’il y ait des suites. », a indiqué le le ministère.

Cette affaire vient s’ajouter à de nombreux scandales d’aggression sexuelles qui secouent le sport français ces derniers mois. Depuis les révélations en janvier dernier de la patineuse Sarah Abitbol, accusant dans un livre son ex-entraîneur Gilles Beyer de viol, plusieurs têtes son tombées dans le milieu sportif. Après les démissions des présidents de la Fédération des sports de glace Didier Gailhaguet et de la Fédération de roller et de skateboard Nicolas Belloir, c’est un nouveau dirigeant qui pourrait faire les frais de ce vent de révélations qui souffle sur le sport français.


Photo à la Une : (@Scoopdyga)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer