HandballHandball : Ligue Butagaz Énergie

Bilan – LBE : Mérignac aura le droit à une seconde chance

À partir de ce samedi et jusqu’à la fin du mois d’août, Le Sport Au Féminin revient sur la saison de Ligue Butagaz Énergie. Zoom pour ce premier volet sur Mérignac, lanterne rouge du championnat au moment de l’arrêt de la saison.

Promu en Ligue Butagaz Energie à la fin de la saison dernière, Mérignac a eu beaucoup de mal à assumer ce passage à l’échelon supérieur. Une nouvelle preuve du différentiel important de niveau, mais aussi de budget, entre un club de D2 Féminine et une équipe de LBE. Chose que la Ligue semble avoir comprise en décidant, notamment en raison de l’arrêt précipité de la saison – mais pas seulement – d’installer un championnat à 14 clubs dès le mois de septembre. Une occasion rêvée pour Mérignac qui ne sera pas relégué en seconde division malgré une saison plus que compliquée.

Les joueuses de Mérignac évolueront toujours en LBE l’année prochaine

Mérignac n’a pas fait le poids

Malgré toute l’envie et la volonté du monde du collectif champion de France de D2F 2019, les joueuses girondines n’ont pas réussi à remporter le moindre de match en LBE cette saison. Parfois loin du compte, comme ce fût le cas lors de leur défaite 41-22 à Besançon, elles ont réussi à faire trembler Chambray au début du mois de novembre avec une défaite rageante d’un petit but (24-25). Ces deux matchs ne peuvent refléter à eux seuls l’année de Mérignac puisque les coéquipières de Marine Desgrolard se sont inclinées à 19 reprises… en 19 rencontres. Avec 621 buts concédés – soit une moyenne de plus de 32 réalisations par matchs – les Mérignacaises avaient, de loin, la pire défense de l’élite.

Stine Svangaard aura tout essayé

Ces errements défensifs n’ont pu être comblés par une attaque qui a aussi peiné tout au long de la saison (458 buts marqués, soit le cinquième pire bilan parmi les équipes de l’élite). Pourtant, Stine Svangaard a terminé à la cinquième place des meilleures buteuses du championnat. La joueuse danoise de 35 ans, qui a récemment prolongé, aura été LA star de son équipe tout au long de ce long chemin de croix pour son club. Auteure de 97 buts, elle a tout simplement marqué plus de 20% des réalisations de la lanterne rouge. Une statistique qui résume à elle seule la saison manquée d’une équipe qui n’a pu confirmer sa superbe saison dernière réalisée à l’échelon inférieur. Même en cas de play-downs, Mérignac aurait eu beaucoup de mal à se sauver en fin d’exercice.

Stine Svangaard aura été l’une des meilleure joueuse de la saison 2019-2020

Une seconde chance à saisir

Les joueuses de Philippe Carrara auront le droit à une deuxième chance. La LFH a en effet décidé de faire monter Plan-de-Cuques et Saint-Amand-Les-Eaux en LBE et ne pas faire descendre les deux moins bonnes équipes de cette saison dans l’élite. Mérignac sera donc bien au départ de cet exercice 2020-2021 qui semble plus incertain que jamais. Que ça soit au niveau sanitaire – la question d’un début de saison à huis clos se pose – ou même au niveau sportif dans un championnat à 14 qui s’annonce plus qu’éprouvant physiquement.

Un mercato rondement mené

Comme de nombreuses autres écuries de la LBE, Mérignac a pris les devants au niveau de son mercato. Après une saison très difficile, les Mérignacaises ne veulent pas revivre un parcours semblable l’année prochaine. Pour cela, le club créé en 2005 a décidé de se renforcer. Les trois jeunes joueuses Julie Abadie, Phellys Kibuey et Zaliata Mlamali ont signé en Gironde tout comme Anna Lacuey (pivot) et Manon Tisseyre (arrière). Jusque là à Toulon Saint-Cyr, Hélène Falcon gardera les cages de l’équipe avec Léna Le Borgne. Sabrina Zazai devra montrer tout son talent sur l’aile droite alors que Julie Dazet arrive elle de la JDA Dijon. Ces arrivées compensent les nombreux départs comme celui de Maëva Guillerme, partie à la retraite.

Léna Le Borgne a signé avec Mérignac jusqu’en 2022

Photo à la Une : (@MérignacHandball)

Timothée de Fraguier

Passionné de sport féminin depuis ses débuts dans le journalisme, Timothée de Fraguier a décidé de rejoindre l'équipe du Sport Au Féminin en septembre 2019. Aujourd'hui rédacteur pour notre site internet, il apprécie la mise en avant des résultats sportifs féminins.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer