Athlétisme

Clervie Chagot, une jeune athlète qui court à vive allure pour remporter de nouvelles médailles

Huitième meilleure performeuse française cadettes la saison dernière, Clervie Chagot est désormais en juniors première année au Haute Bretagne Athlétisme. Déjà vainqueure de nombreuses récompenses individuelles, que ça soit sur route ou sur piste, la jeune tricolore de 18 ans s’est confiée pour Le Sport Au Féminin. Extraits.

Son parcours

J’ai commencé l’athlétisme grâce à mon école. On avait fait une course de haies et ça m’avait vraiment plu. Même si j’ai aussi fait du sprint et d’autres disciplines, je me suis mise vraiment au demi-fond en minimes en me spécialisant ensuite en cadette sur le 1 500m et le 3 000m. J’ai fini championne interrégionale de cross-country en février dernier. Je devais ensuite participer aux Championnats de France de la discipline où je visais le top 5, voire le podium, mais la compétition a été annulée. J’ai également terminé championne de France UNSS de cross en janvier dernier avant d’être médaillée de bronze sur piste sur le 3 000m lors des Championnats de France cadettes.

Plus performante sur 3 000 que sur 1 500m… avant un avenir sur le 5 000

C’est vrai que j’aime bien le 1500 où il faut rapidement atteindre son pic de vitesse, mais j’ai plus de capacité à tenir une allure assez longtemps ce qui me permet de vraiment apprécier le 3 000. Il y a aussi plus de tactique sur le 3000m où il ne faut pas partir trop tôt et attendre le bon moment avant d’attaquer. Le 1 500 demande d’autres capacités et c’est pour cette raison que je pense qu’il est important de courir cette distante. Cela m’aide à être plus performante sur le 3 000. Je crois que le 5 000 débute en espoir, mais c’est la distance qui m’ira bien. Les courses sur route m’attirent également. À l’avenir, le 5 000 et le 10 000m pourraient me plaire.

L’avenir de l’athlétisme

C’est vrai que c’est une période compliquée. Lors du confinement, j’ai surtout fait attention à l’entretien de ma condition physique en me concentrant plus sur moi-même. Je n’avais plus les yeux uniquement rivés sur le chrono. C’était une période intéressante pour voir ce que je pouvais ressentir pendant les séances. Ces mois ont été longs, mais on a modifié notre façon de s’entrainer et découvert de nouvelles choses. Je suis en manque de compétition, mais je suis contente d’avoir repris l’entrainement en club en petit groupe. Il faudra s’habituer aux gestes barrières. La reprise des compétitions n’est pas pour tout de suite.


Photo à la Une : (@ClervieChagot)

Timothée de Fraguier

Passionné de sport féminin depuis ses débuts dans le journalisme, Timothée de Fraguier a décidé de rejoindre l'équipe du Sport Au Féminin en septembre 2019. Aujourd'hui rédacteur pour notre site internet, il apprécie la mise en avant des résultats sportifs féminins.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer