BasketBasket : LFB

Bilan – LFB : Nantes Rezé, une nouvelle coach pour un nouvel espoir ?

Depuis le mercredi 3 juin et jusqu’à la fin du mois août, Le Sport au Féminin revient sur la saison de LFB. Zoom pour ce deuxième volet sur l’avant-dernier du dernier exercice, le Nantes Rezé Basket.

Avant-dernier de cette saison, le NRB ne sera finalement pas relégué. En effet, la LFB a annoncé il y a peu que la saison serait comptée comme nulle à cause du coronavirus. L’acte 2019-2020 en cours ne couronnera donc aucun champion et Nantes fera bien partie de l’élite la saison prochaine.

Nantes aurait tout de même pu être relégué

Malgré l’annulation des relégations pour cette saison, le NRB aurait pu tout de même descendre. Toutefois, ce n’est pas sur des critères sportifs, mais financiers que cela se serait joué. Depuis quelques semaines, Jean-Pierre Ciglia, président du NRB, avait quelques soucis avec un autre club de la région, le Rezé Basket 44. Pour faire simple, le RB44 offre ses droits depuis quelques années au NRB. Le premier nommé avait ainsi demandé une contrepartie de 30.000 euros, chose que le Nantes Rezé avait refusé. L’équipe de Nationale 2 avait alors menacé de retirer ses droits sportifs à l’écurie de l’élite pour les redistribuer à un autre club, ce qui aurait privé le club nantais de son maintien. Heureusement, un accord a entre-temps été trouvé entre les deux clubs et tout est désormais rentré dans l’ordre. Les Nantaises seront toujours dans l’élite la saison prochaine.

Jacinta Monroe n’aura pas suffi

Avec seulement quatre victoires en douze matchs de LFB, Nantes aura eu du mal à se mettre au niveau cette saison. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé pour la meilleure joueuse du club, Jacinta Monroe. Pour sa première année chez les Déferlantes, l’ailière américaine a impressionné. L’ancienne de Saint-Amand termine la saison dans le top 5 des meilleures marqueuses du championnat avec une moyenne de 16,4 points par match. Elle aura grandement participé au jeu de son équipe avec en moyenne 9,2 rebonds par match. Les performances de l’Américaine n’auront toutefois pas suffi pour le Nantes Rezé. Qui termine avant-dernier du championnat.

Aurélie Bonnan nouvelle coach

La saison arrêtée, il est l’heure pour le NRB de changer les choses. Et les gros travaux ont déjà commencé. Ancienne joueuse et coach intérim de Nantes, Aurélie Bonnan a officiellement été nommée en remplacement d’Emmanuel Coeuret. L’ancienne internationale française s’était confiée sur le sujet pour Le Sport au Féminin. Elle avait évoqué les valeurs qu’elle souhaiterait inculquer au club nantais: « On a le droit d’être bon, mauvais, de perdre, mais il y a des façons de le faire. Il y a des gens qui sont investis au club, d’autres qui viennent voir les matchs. Et ils ont envie de voir des joueuses qui ont les dents qui rayent le parquet, qui s’arrachent. C’est ce que l’on a réussi à faire en playdowns l’année dernière et c’est ce que je m’attèlerai à faire cette saison ». La nouvelle coach des coéquipières de Jacinta Monroe sera secondée par Camille Aubert, une autre ancienne joueuse des Déferlantes.

Un bon mercato pour une meilleure saison ?

Heureusement pour le Nantes Rezé Basket, son avant-dernière place ne sera pas synonyme de relégation. Le club nantais ne devrait donc pas avoir à faire face à une vague de départs. Il va donc pouvoir se renforcer pour faire une meilleure saison l’année prochaine. Aurélie Bonnan s’était d’ailleurs exprimée il y a peu sur la voie à suivre pour le prochain marché des transferts après l’arrivée de la meneuse Bintou Marizy : « C’est quelqu’un qui connait le basket, qui est capable d’amener de l’agressivité, de défendre fort et de faire jouer son équipe. Elle va amener plein d’enthousiasme malgré, j’ai envie de dire, son âge ». Nantes a donc décidé se construire un effectif expérimenté avec les arrivées de Bintou Marizy, Hatoumata Diakité, Marie Mané et de la Canadienne Samantha Hill. Et saisir à 100% leur nouvelle opportunité de se maintenir au plus haut échelon français.


Photo à la Une : (@LFB)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer